Mondial 2014 : Le Cameroun veut rafraichir l’histoire – 31/05/2014

Depuis le Mondial 1990, les Lions Indomptables ne sont jamais plus parvenus à s’extraire de la phase de poules. Malgré un groupe costaud (Brésil, Croatie, Mexique) et un nouveau problème de primes, le Cameroun s’en croit capable.

Lions indomptables du Cameroun
Lions indomptables du Cameroun

Ce qu’il y a de bien avec le Cameroun, c’est qu’il y a toujours une histoire croustillante à se mettre sous la dent. De son premier Mondial disputé en 1982 à cette Coupe du monde do Brazil, en passant par l’épopée de 1990 couronnée d’un quart de finale, le flop de 1994 assorti d’un but historique du « vétéran » Roger Milla, l’émergence d’une nouvelle génération en 1998, un petit cru en 2002 et un retour avorté sur la scène planétaire en 2010, le Cameroun a toujours eu le don d’alimenter la chronique.

Pour ce Mondial qui approche à grands pas, les Lions Indomptables estampillés 2014 ne dérogeront pas à la règle. En attendant de les voir à l’œuvre dans un groupe A de tous les dangers face au Brésil (le 23), la Croatie (le 18) et le Mexique (le 13), Eto’o and co ont déjà fait parler d’eux en exigeant des primes de participation jugées « mirobolantes » ou « indécentes » par la presse camerounaise. Un thème récurrent voire un feuilleton sans fin pour cette sélection, la question des primes ayant souvent créé de vives tensions lors des compétions internationales.

« On ne va pas là-bas pour des vacances »

En attendant que joueurs, gouvernement et fédération trouvent un terrain d’entente, les protégés du sélectionneur allemand Völker Finke se préparent comme si de rien n’était. Avec l’ambition chevillée au corps de faire bonne figure, entendez par là de s’extraire des poules. « C’est un groupe difficile, mais on ne va pas là-bas pour des vacances, a lancé l’entraîneur en chef. On peut accéder au deuxième tour, ça c’est clair ! » Une performance qui serait synonyme de Mondial réussi puisque le Cameroun n’est jamais allé au-delà du 1er tour, hormis les quarts de finale lors de la Coupe du monde italienne de 1990.

Articulé autour de son inoxydable « altesse » Samuel Eto’o fils, 33 ans, qui prendra part au Brésil à sa 4e Coupe du monde, le Cameroun (Chedjou, Nkoulou, Bedimo, Mbia, Assou-Ekotto, Song, Makoun,…) devra hisser son niveau de jeu pour y parvenir. Et surtout, accorder les violons de plusieurs individualités au caractère bien trempé. Une compétition dans la compétition.

Source : BFMTV

Par : GM