Mexique : Les ruines d’une église engloutie par les eaux refont surface

par Gentside Découverte

La baisse du niveau des eaux engendré par une grande période de sécheresse au Mexique a récemment dévoilé les restes d’une église du 16ème siècle immergée dans un lac artificiel.

Après des mois de sécheresse, les habitants de l’état de Chiapas au Mexique ont pu assister à la réapparition du Temple de Santiago. Cette église du 16ème siècle, également connue sous le nom de “Temple de Quechula”, siège en temps normal sur le fond d’un réservoir d’eau, à 30 mètres sous la surface.

L’édifice est immergé depuis 1966, date à laquelle un barrage hydroélectrique a été construit avec son lac artificiel appelé réservoir de Nezahualcoyotl.  Mais ces derniers temps, avec l’influence du phénomène El Niño, les précipitations se sont faites plus rares. Le niveau de l’eau s’est ainsi petit-à-petit abaissé jusqu’à 25 mètres laissant apparaitre les ruines de l’ancienne église.

Un édifice abandonné

L’événement est rapidement devenu une attraction. Selon le journal local Latin Times, les pêcheurs locaux organisent désormais des excursions pour emmener les touristes jusqu’au vieil édifice. Les plus téméraires s’aventurent même sur les murs du vestige s’élevant jusqu’à 16 mètres de haut.

Le Temple de Santiago a été érigé par un groupe de moines en 1564, à l’époque de l’évangélisation espagnole dans cette partie du Mexique. Carlos Navarretes, un architecte raconte ainsi à l’Associated Press :”L’église a été construite dans l’idée d’attirer un grand foyer de population, mais elle n’a jamais atteint cet objectif”.

Selon lui, celle-ci “n’a même probablement jamais eu de prêtre qui lui était réservé”. L’édifice a ensuite été abandonné après qu’une épidémie de peste a ravagé la région entre 1773 et 1776. Recouverte par les eaux deux siècles plus tard, il est finalement tombé dans l’oubli. “Nous avons perdu quelque chose de très important, c’est un temple de première classe”, commente Roberto Ramos Maza, professeur à l’Université des Sciences et des Arts du Chiapas.

Des apparitions ponctuelles

Selon l’expert, la valeur de l’édifice est aussi importante que d’autres constructions célèbres religieuses comme celles qui ont été construites dans d’autres villes du Mexique. “Il est incroyable que personne n’ait remarqué l’importance du monument”, ajoute-t-il repris par le quotidien El Pais.

Toutefois, ce n’est pas la première fois que les restes de l’église réapparaissent, elles refont même surface ponctuellement, lors de périodes de grande sécheresse. La dernière en date remonte à 2002. Cette année-là, le niveau d’eau du réservoir de Nezahualcoyotl a tellement baissé que les habitants ont pu se balader à l’intérieur des ruines.

Source : © Maxi Sciences