Médias : Le Cameroun régresse au classement de la liberté de presse

Médias : Le Cameroun régresse au classement de la liberté de presse.

Le Cameroun perd 4 points et occupe le 130ème rang sur les 180 pays figurant au classement mondial de la liberté de presse publié mardi par Reporters sans frontières (RSF).

Dans ce pays, note l’organisme, l’audiovisuel et la presse écrite sont florissants mais de nombreuses radios présentes sur l’ensemble du territoire n’ont pas reçu leur agrément définitif.

Cette technique est utilisée par le gouvernement pour garder ces médias à capitaux privés sous la menace permanente d’une fermeture.

RSF note aussi la poursuite des journalistes pour diffamation, sans qu’ils en soient avertis, se retrouvant ainsi «condamnés à des amendes exorbitantes ou à des peines de prison sans avoir jamais pu se défendre devant un tribunal».

La nouvelle loi antiterroriste en cours au Cameroun prévoit de traduire les prévenus devant les tribunaux militaires à l’instar de Ahmed Abba, correspondant en langue haoussa de Radio France internationale (RFI), condamné lundi à 10 ans de prison ferme et à une amende de 55 millions FCFA par le tribunal militaire de Yaoundé pour des faits de «blanchiment de produits de terrorisme» et «non dénonciation d’actes terroristes».

L’organisation internationale de défense des journalistes note aussi que d’autres professionnels des médias sont sous les verrous, arrêtés lors de la répression des manifestations dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où, à partir de janvier 2017, la connexion Internet a été coupée avant d’être rétablie en fin de semaine dernière.

© CAMERPOST avec APA