Médecins sans frontières accuse le Cameroun de renvoi forcé de réfugiés nigérians

MSF accuse le Cameroun de renvoi forcé de réfugiés nigérians

Médecins sans frontières (MSF) a accusé, dans un communiqué, les soldats camerounais de renvoi forcé, vers leur pays d’origine, de réfugiés nigérians fuyant les exactions de la secte islamiste Boko Haram.

Cet organisme affirme avoir «vu, à plusieurs reprises en 2016 et 2017, des Nigérians qui avaient cherché refuge au Cameroun être renvoyés dans leur pays par l’armée camerounaise».

Citant un ressortissant nigérian renvoyé de Kolofata (Extrême-Nord) et désormais terré à Banki, une ville située près de la frontière camerounaise, MSF évoque des méthodes de refoulement sans la moindre explication, en même temps que d’autres nécessiteux ont affirmé être partis dans la panique «de peur d’être refoulés par la force».

L’on note que ces affirmations viennent renforcer les appréhensions déjà exprimées en février dernier par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), faisant état du rapatriement forcé, depuis début 2016 dans leur pays, de 2600 ressortissants nigérians.

Ces accusations avaient alors suscité le courroux du ministre de la Communication et porte-parole dudit gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, qui les a jugées «profondément injustes et inacceptables», exprimant par ailleurs «sa profonde désapprobation» et élevant «la plus vive protestation».

Le 2 mars dernier, le HCR, le Cameroun et le Nigeria ont signé un accord portant sur le retour volontaire au bercail des réfugiés nigérians présents au Cameroun.

Selon les données officielles, le dernier pays cité abrite actuellement plus de 550.000 réfugiés provenant principalement de la République centrafricaine, du Nigeria (87.000 personnes) mais aussi d’anciens migrants burundais, tchadiens et rwandais.

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz