Maroc : Un groupe d’entreprises italiennes investit 22 millions d’euros dans l’énergie solaire – 13/11/2014

Un groupe d’entreprises italiennes va investir 22 millions d’euros pour le développement de l’énergie solaire au Maroc, a appris APA de sources bien informées.

Ces entreprises ont pris part à la première exposition internationale consacrée au photovoltaïque au Maroc qui a eu lieu du 4 au 6 novembre à Casablanca.

Le programme solaire marocain est considéré comme une opportunité pour les petites et moyennes entreprises photovoltaïques italiennes pour étendre leurs opérations dans un marché de l’énergie renouvelable très prometteur. Il couvrira l’ensemble de la chaîne de valeur du PV.

Le Maroc importe une grande majorité de l’énergie électrique qu’il consomme, essentiellement des énergies fossiles. L’enjeu, pour le pays, consiste à se tourner vers de nouvelles sources d’énergies, produites localement et plus respectueuses de l’environnement, telles que les énergies renouvelables. Pour ce faire, le Royaume a lancé dès 2009 un ambitieux projet de développement de l’énergie solaire, piloté par l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen).

Dans le cadre de son programme volontariste visant à accroître la part de la production d’électricité issue des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique), le Maroc envisage de construire 5 grandes centrales solaires à l’horizon 2020 pour une capacité cumulée de 2000 MW. D’un coût global de 9 milliards de dollars, celles-ci devraient permettre de couvrir 10% de la demande d’électricité du pays, et l’ensemble des énergies renouvelables 42%.

Outre les 5 projets de centrales solaires, un immense parc éolien – le plus grand d’Afrique avec ses 130 éoliennes générant 300 MW – est en cours de construction à Tarfaya, au sud-ouest du pays. Au total, le Maroc investira 1,5 milliards de dollars pour installer 1.500 MW de capacité éolienne dans les années à venir. Ces investissements auront vocation à répondre à la demande énergétique croissante – tirée par le développement de l’industrie et des classes moyennes – qui se manifeste dans le pays.

Grâce à ces projets ambitieux, le Maroc pourra d’une part économiser un million de tonnes équivalent pétrole et éviter de rejeter plus de 3,5 millions de tonnes de CO2 chaque année. D’autre part, il pourra profiter de sa position géographique avantageuse et jouer le rôle de plateforme électrique entre l’Europe et les pays du sud de la Méditerranée.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz