Maroc: Mise en œuvre en 2015 de la régionalisation avancée dans les provinces du Sud – 07/11/2014

Le roi Mohamed VI du Maroc. Photo d'archives
Le roi Mohamed VI du Maroc. Photo d’archives

Le Roi Mohammed VI a annoncé, jeudi, la mise en œuvre en 2015 de la régionalisation avancée et du modèle de développement dans les provinces du Sud du Maroc.

Dans un discours prononcé à l’occasion du 39-ème anniversaire de la marche verte, le Souverain a souligné que les chantiers que le Maroc va lancer l’année prochaine, « devraient être déterminants pour l’avenir de la région, car il s’agit de la mise en œuvre de la régionalisation avancée et du modèle de développement de nos Provinces du Sud ».

Il a relevé qu’il s’agit aussi d’une occasion pour faire le point sur l’évolution qu’ont connues les provinces du Sud du Royaume, et les défaillances ayant entravé leur marche, ainsi que les défis, internes et externes, auxquels elles sont confrontées.

Selon le Souverain, la régionalisation voulue ne se réduit pas à des textes juridiques et au transfert, du centre vers les régions, des ressources matérielles et humaines, mais doit plutôt être fondée sur le patriotisme sincère impliquant un attachement sans faille à l’intégrité territoriale du Maroc.

Dans le même sillage, le Roi Mohammed VI a estimé utiles les recherches académiques sur « les composantes de notre identité pour la consolidation de notre unité nationale », tout en qualifiant de « puéril » et « sans consistance » le débat fondé sur le sectarisme et tendant à semer la discorde.

« Celui qui prétend ne pas appartenir à ce creuset est dans le tort, et quiconque tenterait de démontrer le contraire risquerait de s’y perdre », a-t-il mis en garde.

« La régionalisation que nous appelons de nos vœux a donc vocation à valoriser cette richesse et cette diversité humaine et naturelle. Elle est de nature à conforter ce brassage, cette solidarité et cette complémentarité entre les enfants de la Patrie unie et entre toutes ces régions », a souligné le Souverain.

Et d’affirmer que le Maroc uni des régions n’induit aucunement un quelconque sectarisme tribal et sa diversité ne saurait être un facteur de division et de sécession, laquelle est tout simplement interdite, tant par l’ancienne Constitution du Royaume que par la nouvelle.

Le Maroc, affirme le Souverain, entend opérer une « rupture » avec le mode de gouvernance précédant, et permettre aux fils de la région de participer à la gestion de leurs affaires locales, dans un cadre de « transparence, de responsabilité et d’égalité des chances».

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz