Maroc du Sud : Dakhla la ville qui éblouit ses visiteurs – 16/03/2015

Le nouveau venu débarquant à Dakhla, capitale du sud marocain, est vite frappé par la belle prestance de l’aéroport qui ne laisse pas indifférent, surtout Jehene, séduite par la modernité de l’infrastructure.

Jehene est une Tunisienne venue participer au forum Crans Montana (13 et 14 mars) et qui n’a pu s’empêcher de succomber aux charmes de l’infrastructure aéroportuaire ainsi que de la ville de Dakhla elle-même dont le Palais des congrès a abrité la rencontre internationale.

Bâtie au bord de l’océan Atlantique sur lequel souffle le vent du désert, Dakhla allie modernité et tradition avec la conservation de ses bivouacs et tentes dans lesquels vivaient ses premiers habitants.

A côté, c’est la modernité dans toute sa splendeur et Djily Diouf s’en émerveille : ‘’Dakhla dispose de belles et larges avenues, des hôtels, des infrastructures sanitaires, scolaires, bref tout ce qu’il faut à une ville pour se développer”.

Parti de la Mauritanie pour se rendre à Casablanca, ce Sénégalais est indubitablement tombé sous le charme de la capitale du sud marocain.

“Oui Dakhla, la belle!”, s’exclame de son côté Modou Ndiaye, un journaliste sénégalais, qui lance ensuite : “pourquoi le Sénégal ne vient-il pas s’inspirer de l’exemple marocain?”.

L’idée de modernisation de villes marocaines qu’incarne si bien Dakhla, ‘’est née, renseigne Modou Ndiaye, de la vision du Roi Mohammed VI dont la rigueur n’est plus à démontrer”.

A l’en croire, ‘’le souverain chérifien suit ses projets pas à pas et n’hésite pas à aller voir sur le terrain si telle ou telle instruction a été respectée”.

“C’est grâce à cette vision de sa Majesté que bien qu’étant une petite ville, Dakhla est sortie de l’anonymat. Il y a quelques années, il n’y avait rien ici. Mais ces réalisations confirment la marocanité du Sahara occidental. C’est un bel exemple”, poursuit-il.

‘’Il y a cinq ans, quand je venais au Maroc par la route, j’ai fait escale à Dakhla. Mais lors de la Tabaski (Aïd-el-Kebir) passée, quand je partais au Sénégal, j’ai failli ne pas reconnaître la ville. Tellement elle a changé de visage. J’étais tout simplement éblouie”, affirme Khady Sow, coiffeuse installée à Casablanca.

Grâce au Plan de modernisation du Roi, la ville bénéficie d’un programme d’assainissement, de réseau hydraulique et électrique dont les premières phases sont achevées.

A terme, 230.000 habitants du sud marocain vont bénéficier en 2030 du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable dans la ville de Dakhla, selon l’office national pour l’électricité et l’eau potable (ONEE).

Quant au parc éolien de Tarfaya, d’une capacité de 301, 3 mg, non loin de là et mis en service depuis 2014, il constitue à lui seul, 15% de l’objectif de 42% de mixte énergétique du royaume d’ici à 2020.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz