MANIOC – Cameroun : 4000 hectares de manioc à planter dans les 5 ans pour approvisionner la Sotramas

Le projet Agropoles, programme piloté par le ministère camerounais de l’Economie, qui vise à réduire les importations de denrées alimentaires au Cameroun par le biais de la création d’unités de production dans les zones rurales, envisage de créer un «agropole manioc» dans la ville et les environs de Sangmélima, afin d’approvisionner la Société de transformation de manioc de cette ville (Sotramas), qui entrera en activité au premier trimestre 2014.

manioc
Cet «agropole manioc», dont les membres bénéficieront de semences améliorées mises à disposition par l’Institut de recherche agronomique pour le développement (Irad), va permettre, dans un premier temps, la mise en place de plantations de manioc sur une superficie de près de 310 hectares dès le mois de mars 2014, afin de garantir à la Sotramas ses 120 tonnes de matières premières chaque jour. Mais, apprend-on, au cours des 5 prochaines années, ce sont plus de 4000 hectares de manioc qu’il faudra cultiver dans les environs de la ville de Sangmélima, pour que la Sotramas puisse tourner à plain régime, et ne subisse pas les affres du déficit de production du manioc observé au Cameroun.

Investissement de 1,2 milliard de francs Cfa, la Sotramas est le fruit d’un joint-venture entre la commune de Sangmélima, dans la région du Sud du Cameroun, et la Chambre de Commerce, de l’Industrie, des Mines et de l’Artisanat (Ccima) du Cameroun.

Avec Agence Ecofin