Lutte : Le Cameroun redevient une destination olympique

Un combat de lutte féminine | © CAMERPOST/ONE
Un combat de lutte féminine | © CAMERPOST/ONE

La ville de Yaoundé a abrité le 5 décembre, une compétition internationale de lutte olympique. Les 6 pays de la zone Afrique centrale y étaient attendus.

Des lutteurs en action au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé, c’est de l’inédit ! Jamais des adeptes de la discipline n’ont été autant honorés. C’est que l’espace est considéré comme l’arène la plus prestigieuse du Cameroun. Le Grand Prix International de Lutte olympique est le nom de baptême du tournoi qui a regroupé quelques uns des meilleurs lutteurs africains.

Le Grand Prix International de Lutte Olympique est une initiative d’Isaac Mpia, ancien Champion d’Afrique (plus de 100 kg, ndlr) d’origine camerounaise. Il s’agit en réalité de la seule compétition de lutte organisée au Cameroun depuis belle lurette. Prévu au départ pour regrouper l’ensemble des Etats d’Afrique centrale, le tournoi a vu la participation des seuls lutteurs camerounais. Selon des sources les délégations des autres Nations n’ont pas effectué le déplacement, faute de visas. Ce sont donc 70 lutteurs camerounais qui se sont illustrés. En guise de Grand Prix International de Lutte Olympique, les spectateurs n’ont eu droit qu’à un mini championnat entre cinq clubs de la ville de Yaoundé. Ce sont : Asmo, B and A, Fap, Injs et Samourai. Qu’importe ! l’objectif du promoteur était déjà atteint à savoir, redynamiser la Lutte Olympique au Cameroun. Quelques arbitres de nationalité congolaise ont tout de même officié, rappelant le caractère international de l’événement.

Le public somme toute maigre n’a pas boudé son plaisir, devant les enfourchements, bras à la volée, et autres ponts exécutés avec souplesse par les combattants. Les lutteurs rarement à l’honneur au Cameroun étaient rayonnants de joie. Les deux variantes de la Lutte Olympique étaient concernées, libre et féminine. Les combats engageaient les catégories junior et sénior. Sept catégories étaient en compétition : 61, 65, 70, 74, 86, 97 et 125 kg.

L’Association Sportive de la ville de Monatélé (Asmo) était au terme de la journée, le meilleur club du tournoi. Asmo qui a été créé en 2014 par le promoteur de la compétition, Isaac Mpia, remporte la plupart des médailles. B and A et Samourai ont occupé les deuxième et troisième places. Des primes ont également été remises aux trois meilleurs lutteurs de chaque catégorie, soit 100 000, 75 000 et 50 000 cfa. Le Grand Prix International de Lutte Olympique était à sa première édition. Le tournoi va s’inscrire dans la durée selon le promoteur.

© CAMERPOST par Olivier Ndema Epo