Lutte contre le terrorisme : Quand Boko Haram devient une menace de plus en plus régionale

Capture d'écran de la vidéo diffusée, mardi 17 février 2015, qui met en scène Abubakar Shekau, le leader de Boko Haram. | BOKO HARAM
Capture d’écran de la vidéo diffusée, mardi 17 février 2015, qui met en scène Abubakar Shekau, le leader de Boko Haram. | BOKO HARAM

Depuis plusieurs mois, Boko Haram a entrepris de mener de plus en plus d’attaques et d’attentats en dehors du Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger. En septembre et octobre, plus de la moitié des actions du groupe ont été menées dans ces trois pays.

Pendant plusieurs années, Boko Haram est resté un problème nigérian. Si les islamistes se servaient des pays voisins comme de base de repli, ils concentraient leur capacité destructrice sur le Nigeria, en particulier au Nord. Mais la donne a changé.

Après avoir conquis de nombreuses localités dans le nord nigérian, grâce à une certaine passivité de l’armée nigériane, les combattants islamistes ont été chassés de la plupart de leur position, à partir de début 2015 et de l’entrée en guerre des armées tchadienne, camerounaise, et nigérienne. Obligé de se replier dans les zones du lac Tchad et proches de la frontière camerounaise, Boko Haram a été contraint à un changement de stratégie.

Guerre asymétrique

Lancé dans une guerre asymétrique qu’il espère la plus longue possible, le groupe islamiste a multiplié les attentats-suicides et déporté progressivement son champ d’action. Lors du dernier trimestre 2014, le Nigeria a ainsi été le seul pays frappé par Boko Haram. En janvier, février et mars 2015, seules trois attaques touchent les pays voisins du Nigeria, pour deux en avril et aucune en mai.

Mais depuis, le virement stratégique est net : 3 attaques sur 10 ont lieu hors du territoire nigérian en juin 2015, 7 sur 26 en juillet, 1 sur 6 en août et, surtout, 4 sur 6 en septembre et 3 sur 7 début octobre. Boko Haram tente clairement de faire pression sur les pouvoirs nigérien, tchadien et camerounais qui ont lancé, avec le Nigeria, une force régionale afin de lutter contre les terroristes.

Boko Haram, qui se fait désormais appeler l’État islamique en Afrique de l’Ouest, espère également changer d’envergure en étendant son champ d’action. Un pari pour le moment réussi puisque la France et les États-Unis, qui ont annoncé envoyer 300 militaires au Cameroun, le 14 octobre, ont décidé de s’impliquer davantage dans le conflit.

Source : © Jeune Afrique

Par Mathieu Olivier

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Lutte contre le terrorisme : Quand Boko Haram devient une menace de plus en plus régionale"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Collectionneur

Autre les militaires français au Tchad et ailleurs, les américains au Cameron depuis quelques semaines, notons que l’armée chinoise à déployé des drones au Nigeria depuis janvier.

wpDiscuz