Lutte contre le terrorisme : Le Cameroun promet d’« éradiquer » Boko Haram – 18/02/2015

Crédits : EDOUARD ELIAS / REPORTAGE BY GETTY POUR "LE MONDE"
Crédits : EDOUARD ELIAS / REPORTAGE BY GETTY POUR “LE MONDE”

Boko Haram manifeste ces derniers jours sa capacité à ouvrir plusieurs fronts, mais aussi sa maîtrise du calendrier diplomatique. Après avoir mené une succession d’attaques au Niger, une première incursion au Tchad et effectué une démonstration de force au Nigeria dans la ville de Gombe (nord-est), les djihadistes ont eu un nouvel affrontement, lundi 16 février, avec l’armée camerounaise.

Un officier du bataillon d’intervention rapide (BIR), les troupes d’élite, raconte que « l’accrochage s’est produit à 5 km de Waza, au niveau de la frontière, et après nous avons fait du ratissage jusque dans le territoire nigérian ». Le Cameroun ne dispose pas de droit de poursuite, mais le contexte l’incite à faire fi des règles internationales face à un ennemi qui se joue des lignes de démarcation entre Etats. Le bilan des combats est, selon cette source, de cinq morts et sept blessés côté camerounais et d’au moins six insurgés tués. Un blindé que ces derniers avaient arraché à la police nigériane a également été saisi. Quelques jours plus tôt, selon des sources tchadiennes, un blindé AML 90 de fabrication française avait été récupéré, près de Gambaru au Nigeria, par les soldats déployés par N’Djamena.

« Impossibilité de compromis »

Ces derniers combats sont intervenus au moment où six dirigeants de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) tenaient à…

Lire la suite à Le Monde.fr