Lutte contre le terrorisme : arrivée au Cameroun de Jean-Paul Laborde – 17/03/2015

Jean-Paul Laborde, directeur exécutif du Comité contre le terrorisme des Nations unies. | Photo d'archives
Jean-Paul Laborde, directeur exécutif du Comité contre le terrorisme des Nations unies. | Photo d’archives

La mise en œuvre des résolutions 1373 et 1624 au centre de la visite de Jean-Paul Laborde, le directeur du Comité exécutif contre le fléau.

Le 23 décembre 2014, le président de la République a promulgué la loi N°2014/028 du 23 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme. Ce texte, adopté quelques semaines auparavant par les deux chambres du parlement camerounais se voulait la réponse camerounaise aux Résolutions 1373 et 1624 du Conseil de sécurité des Nations unies. Préoccupée par la multiplication dans diverses régions du monde, des actes de terrorisme motivés par l’intolérance ou l’extrémisme, et la nécessité d’y faire face, cette instance onusienne enjoignait, en effet, les Etats-membres de l’Organisation des Nations unies à prendre toutes les mesures afin de prévenir et réprimer ce fléau. La visite au Cameroun de M. Jean-Paul Laborde, directeur exécutif du Comité contre le terrorisme des Nations unies va donc permettre d’évaluer les deux résolutions mentionnées plus haut, et qui datent respectivement du 28 septembre 2001 et du 14 septembre 2005. Jean-Paul Laborde, qui arrive au Cameroun, sur très haut accord du président de la République, est donc appelé à faire avec ses interlocuteurs camerounais, du niveau de mise en œuvre desdites résolutions. L’émissaire onusien a d’ailleurs salué l’adoption par le Cameroun de la loi du 23 décembre 2014. Bien plus, le séjour camerounais du directeur du Comité contre le terrorisme des Nations unies devrait donner aux deux parties d’explorer les voies et moyens pour l’ONU d’apporter sa contribution technique au Cameroun dans la lutte contre ce fléau.

Durant son séjour camerounais, qui s’étend jusqu’à demain, M. Laborde, qui est à la tête d’une délégation comprenant trois autres personnalités, devrait rencontrer de nombreuses autorités camerounaises. Ces contacts ont commencé hier au ministère des Relations extérieures où il a eu des échanges avec le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé de la coopération avec le Monde islamique, Adoum Gargoum, les hautes autorités judiciaires et militaires et des responsables du secteur économique. Parmi les points inscrits à l’ordre du jour des différents échanges, il y a la législation anti-terroriste, l’efficacité des services de détection et de répression, la coopération internationale, le contrôle aux frontières.

Il faut rappeler que la résolution 1373 du 28 septembre 2001 fait le lien étroit entre le terrorisme international et la criminalité transnationale organisée, la drogue illicite, le blanchiment d’argent, le trafic d’armes et le transfert illégal de matières nucléaires, chimiques, biologiques et autres présentant un danger mortel. Autant d’infractions condamnées par la loi portant répression des actes de terrorisme récemment adoptée et promulguée au Cameroun.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz