Lutte contre le braconnage : Les éléphants d’Afrique bientôt en voie d’extinction

Les éléphants d’Afrique bientôt en voie d’extinction | Crédit AFP - By CHRIS JEK
Les éléphants d’Afrique bientôt en voie d’extinction | Crédit AFP – By CHRIS JEK

La population totale de cette espèce diminue dangereusement. Si rien n’est fait pour stopper la saignée, les éléphants risquent de disparaitre de la surface du globe. Sur le continent africain la situation est encore plus préoccupante.

L’état de la situation vient d’être dévoilé. Un rapport de l’Union Internationale pour la conservation de la nature-Uicn, en 2016 précise que la population des éléphants sur le continent, annonce la chute drastique des individus de cette espèce.

La faute au braconnage sauvage. Les individus aux trousses des pachydermes, ont prélevé depuis vingt-cinq ans  près de 20 pour cent de la population sur le continent. Selon, ledit rapport « les bandes criminelles organisées réussissent à faire passer l’ivoire illégalement vers l’Asie, qui est le moteur », explique le rapport en substance, « c’est ce braconnage massif qui est à l’origine du déclin de la population d’éléphants. » peut-on lire.

L’Union Internationale pour la Conservation de la nature a publié ce rapport sur l’état des éléphants d’Afrique, lors de la convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages en Afrique du Sud. Le groupe de conservation poursuit qu’il s’agit de la plus énorme baisse des éléphants d’Afrique depuis deux décennies.

         Autre cause de l’accélération du phénomène, la disparition considérable des cadres  naturels de vie de ces animaux. Selon le rapport de l’Uicn, « les braconniers chassent les éléphants pour vendre à prix d’or leurs défenses en ivoire, principalement sur les marchés asiatiques ». La chair d’éléphant est un produit presque, de peu de valeur. Le grand mobile de cette chasse aux éléphants reste sans conteste, le marché de l’ivoire. La défense d’éléphant constitue de la matière première dans la fabrication d’objets de luxe comme les bijoux, et autres objets. Les objets en ivoire sont vendus à des prix faramineux par les antiquaires à l’état brut, ou bien, au sortir des ateliers de sculpture.

         A ce jour, la population d’éléphants en Afrique, est estimée à 415 000 individus, soit 111 000 de moins que durant les dernières décennies, selon le rapport basé sur 275 enquêtes à travers le continent.

         Ce bilan aurait probablement été moins sinistré, si la population des éléphants des parcs nationaux de waza et de Bouba Djida au nord Cameroun n’avaient pas été amputés de près de 500 bêtes au premier trimestre 2012. Le souvenir est encore vivant dans les mémoires comme cela était hier. En une seule journée, 200 Eléphants sont abattus dans le parc de Bouba Djida dans l’extrême nord du Cameroun à la frontière avec le Tchad voisin en mars 2012, par les braconniers venus du Soudan à travers le désert tchadien.

         Au moment où se tient à Johannesburg, la convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinctions, des mesures rigoureuses doivent être prises pour sécuriser, non seulement les éléphants mais toutes les espèces menacées dont les hippopotames.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz