Lutte contre Boko Haram : Vers des changements à la tête de la Force multinationale mixte (FMM)

 Vers des changements à la tête de la Force multinationale contre Boko Haram | © REUTERS/Stringer/Illustration
Vers des changements à la tête de la Force multinationale mixte (FMM) contre Boko Haram | © REUTERS/Stringer/Illustration

Des changements sont annoncés au sein du commandement de la Force multinationale mixte (FMM) basé à Ndjamena, au Tchad, déployée par des pays de la région, en l’occurrence, Cameroun, Niger, Nigeria et Tchad contre le groupe terroriste nigérian Boko Haram, a appris APA, lundi, de source sécuritaire.

Parmi ces changements, il y a le remplacement du commandant en second le général de brigade camerounais Valère Nka qui va quitter ses fonctions à l’état-major courant octobre pour être remplacé par un général de nationalité tchadienne.

Ce gradé de l’armée camerounaise est en fin de mandat, conformément aux dispositions en vigueur qui prévoient la rotation des postes.

Sous réserve de confirmation et, selon le journal camerounais L’œil du Sahel, c’est l’un des fils du président tchadien Idriss Deby Itno qui devrait prendre la relève si l’on s’en tient à certains observateurs avertis qui pensent que le général de brigade Mahamat Déby Itno tiendrait le bon bout de la corde.

Et pour cause, « le fils du président tchadien est réputé pour être un professionnel de la guerre. Il a été au Mali pour combattre les adeptes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Ce dernier est par ailleurs chef du groupement présidentiel, l’unité d’élite chargée de la sécurité de son président de père. Le siège de la FMM est à Ndjamena, un autre avantage», souligne-t-on.

D’après des témoignages concordants, l’engagement de l’armée tchadienne dans la guerre contre Boko Hrama aux côtés du Cameroun et du Nigeria a apporté un plus dans la désintégration du groupe terroriste, dont des contingents sont déployés dans les localités camerounaises de Fotokol et Mora.

En effet,explique la source, « les soldats Tchadiens sont souvent considérés comme des intrépides et des aguerris aux combats en zones sahéliennes. Ce sont eux qui ont délivré certaines villes nigérianes aux mains des terroristes, entre autres, Gambaru et Damasak. Actuellement, les soldats tchadiens ont été déployés au Niger qui subit depuis peu des incursions récurrentes et sanglantes des terroristes».

© CAMERPOST avec © APA