Lutte contre Boko Haram : Réunion de guerre de l’Afrique centrale à Yaoundé – 13/02/2015

Le général René Claude Meka (au centre) inspectant la frontière nord du Cameroun. Il est au coeur du dispositif anti-Boko Haram. © STR/AFP/Illustration
Le général René Claude Meka (au centre) inspectant la frontière nord du Cameroun. Il est au coeur du dispositif anti-Boko Haram. © STR/AFP/Illustration

En attendant l’activation d’une force de 8.700 hommes projetée par la Commission du Bassin du lac Tchad (CBLT), la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale(CEEAC) a décidé de voler au secours du Cameroun et du Tchad face à Boko Haram, avec la tenue jeudi à Yaoundé d’une réunion de crise des chefs d’état-major des armées de la région.

En prélude à un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement prévu lundi dans la même ville, les membres de la commission de défense et de sécurité du Conseil de paix et de sécurité (COPAX) de la CEEAC se sont donné rendez-vous dans la capitale camerounaise pour une session aussi d’urgence aux allures de réunion de guerre pour la lutte contre Boko Haram.

“Le Cameroun comme le Tchad sont membres de la CEEAC et ils sont en guerre contre Boko Haram. Cette session sera dédiée exclusivement à l’apport que les autres Etats de la CEEAC (peuvent fournir) comme contributions pour aider dans les opérations”, a indiqué à la presse le général de division Mahamat Brahim, chef d’état-major des armées du Tchad et président de cette commission.

D’après certaines sources sous couvert d’anonymat, quelques propositions de contributions exprimées font allusion à un soutien logistique, financier, voire militaire illustré par l’envoi de troupes, à l’exemple des 2.500 soldats déployés depuis un mois par le Tchad en appui à l’armée camerounaise.

“Nous sommes liés par un Pacte d’assistance (mutuelle) au sein de la CEEAC. Nous allons voir comment mettre ça en oeuvre au cours de nos débats”, a esquissé à mots voilés le général de corps d’armée René Claude Meka, chef d’état-major des armées du Cameroun.

Pour le dirigeant militaire toutefois, “la situation est maîtrisée. Bien sûr, le Boko Haram continue d’attaquer, mais nous tenons bon. Je vous signale que le contingent tchadien se trouve à Gambaru en territoire nigérian. Il y a toujours des escarmouches, mais qui sont repoussées. Donc, pour le moment il n’y a pas d’inquiétude à avoir”.

“Les nouvelles du front sont bonnes. Comme vous le savez, on est territoire nigérian et on est en train d’appuyer nos amis du Niger comme on est en train d’appuyer nos amis du Cameroun. De temps en temps, on essuie des incursions que nos militaires repoussent toujours rigoureusement, avec des centaines de morts du côté de Boko Haram, bien qu’on ait subi quelques pertes”, a pour sa part affirmé le chef d’état-major des armées tchadiennes.

De manière générale, la session extraordinaire de la commission de défense et de sécurité du COPAX vise à “dégager des options stratégiques réalistes” et à “faire des recommandations pertinentes” qui seront par la suite adressées au Conseil des ministres (instance de concertation des ministres en charge de la Défense, de l’Intérieur et des Affaires étrangères) pour un projet de déclaration à soumettre à l’attention des chefs d’Etat et de gouvernement.

Source: © Agence de presse Xinhua

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz