Ligue des Champions : La Juventus force la décision – 06/05/2015

La Juventus a su mettre à profit ses temps forts pour remporter la demi-finale aller de la Ligue des Champions face au Real Madrid (2-1). Les Madrilènes, trop laxistes en défense, conservent néanmoins toutes leurs chances de qualification à Santiago Bernabeu.

Cette Juventus n’avait pas grand-chose à voir avec l’équipe frileuse qui avait eu toutes les peines du monde à sortir l’AS Monaco au tour précédent. Plus offensive, plus audacieuse, elle a su se faire respecter du grand Real Madrid dans un Stadium où elle n’a perdu qu’un seul de ses 55 derniers matchs. Les Merengue, eux, restent évidemment en course mais la fluidité du jeu n’est toujours pas au rendez-vous. Le replacement de Sergio Ramos dans l’axe n’a rien changé aux difficultés actuelles des Madrilènes pour développer leurs offensives. Et à Santiago Bernabeu, la Juve pourra peut-être compter sur le retour de Paul Pogba…

La Vieille Dame, malgré son grand âge, est encore facétieuse. Qui aurait pu penser qu’elle se ruerait à l’attaque dès les premières secondes de cette demi-finale ? Le Real d’Ancelotti, qui en a pourtant vu d’autres, n’avait certainement pas prévu ça. Pris à la gorge, les Madrilènes étaient brinquebalés aux quatre coins du terrain par des Turinois déchaînés à l’image d’un Vidal qui s’infiltrait dans la surface (2e) ou d’un Morata qui tentait un lob astucieux (7e). L’ex-attaquant de la Maison Blanche était récompensé dès la minute suivante. L’Espagnol, malin, suivait une frappe de Tevez repoussé du bout des gants par Casillas et n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond (1-0, 8e). Face à un Real sonné, incapable de mettre un pied devant l’autre, c’était peut-être le moment d’enfoncer le clou.

Pirlo et Vidal, les deux faces gagnantes de la Juve

Hélas pour elle, la Juve se faisait rattraper par les vieux démons du foot italien et reculait exagérément. Erreur fatale face à une équipe comme le Real. Ce dernier n’en demandait pas tant et retrouvait rapidement ses esprits et une lourde frappe de Kroos enlevée in extremis par Buffon sonnait comme un avertissement (12e) mais les Bianconerri ne l’entendaient pas. Cristiano Ronaldo, jusqu’alors malheureux dans ses tentatives, allait se montrer encore plus clair. Le Portugais, seul à un mètre du but et profitant d’une erreur de marquage inexplicable à ce niveau, n’avait plus qu’à reprendre de la tête un centre de James Rodriguez (1-1, 27e). CR7 signait par la même son 9e but de la compétition, celui qui ouvrait, un petit peu, les portes de la finale à Berlin. James Rodriguez aurait pu forcer encore un peu plus le passage mais son coup de tête, suite à un mouvement collectif étourdissant, ne trouvait que la barre (40e).

La Juventus avait semble-t-il clairement laissé passer sa chance. C’était sans compter la mansuétude des défenseurs madrilènes qui laissaient filer Morata et Tevez seuls en contre. Marcelo s’occupait du premier, hors de la surface, et Carvajal fauchait le second, dans la zone de vérité ! Penalty on ne peut plus logique et transformé plein centre par Tevez (2-1, 58e). Grâce au sang-froid de l’Argentin, le match venait à nouveau de changer d’âme. carlo Ancelotti sentait le vent tourner et lançait Chicharito Hernandez dans le bouillon mais cette fois, la sauce mexicaine ne prenait pas. Comme après l’ouverture du score, la Juventus recommençait à reculer mais de façon moins flagrante toutefois. Pirlo, par sa vision du jeu, et Vidal, par son abattage, faisaient un bien fou aux Piémontais. Fernando Llorente, lui, regrettera sûrement cette tête à bout portant dans les arrêts de jeu, stoppée par un arrêt réflexe de Casillas. L’histoire dira si cette occasion gâchée pèsera dans la balance.

Source : © France TV

Par Julien Lamotte

Réactions :

Carlo Ancelotti (entraîneur du Real  Madrid, au micro de Canale 5)

“Au début nous voulions mettre la pression sur  Andrea Pirlo, mais cela ouvrait trop d’espaces derrière nos milieux de  terrains, ils (les Juventini) trouvaient Tevez, alors nous avons décidé de les  attendre un peu plus. Je m’attendais à cette Juve, bien organisée, appliquée,  elle a exploité ses occasions. Au retour, il faudra un Real patient, surtout.”

Massimiliano Allegri (entraîneur de  la Juventus Turin, au micro de Canale 5)

“Nous avons pris l’avantage, il nous  reste une semaine pour bien nous préparer. J’ai aimé la façon dont nous avons  affronté cette Ligue des champions, quelle que soit la façon dont elle finit,  avec beaucoup de maturité. Nous avons abordé ce match avec beaucoup de  tranquillité. Mais presser 90 minutes c’est impossible, si tu freines dix  minutes contre une telle équipe elle te marque deux buts. Mes défenseurs sont  forts, ils peuvent jouer à trois comme à quatre, gèrent les un contre un. Je  reste exigeant sur la qualité de jeu, nous pouvions faire mieux en première  mi-temps, il y avait des espaces entre leurs milieux de terrain. Mais cela  n’enlève rien au fait que ce résultat est mérité et que je suis très content de  ce que font les joueurs”.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz