LFPC – FECAFOOT : la guerre s’intensifie entre Pierre Semengue et Tombi à Roko

Pierre Semengue, le président du Comité de gestion provisoire de la LFPC | DR
Pierre Semengue, le président du Comité de gestion provisoire de la LFPC | DR

Malgré l’opposition du patron de la Fédération camerounaise de football, le président de la Ligue a obtenu mandat de son Conseil d’administration pour organiser les élections en juillet prochain.

Ce n’est pas Tombi à Roko qui fera peur à Pierre Semengue. Le Général d’armée à la retraite a déclaré la guerre au président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), et il compte la mener à bien jusqu’à « sa » victoire finale. Près de dix jours après avoir remporté le premier acte de ce nouveau conflit avec l’instance faîtière du football camerounais devant la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) au sujet du report des élections à la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), le président du Comité provisoire de gestion de ladite Ligue a reçu le feu vert des membres de son Conseil d’administration vendredi 15 avril dernier, pour organiser le scrutin le 28 juillet prochain. Et non l’année prochaine, comme l’avait souhaité Tombi à Roko, lors d’une réunion du Comité exécutif de la Fécafoot le 19 mars dernier à Yaoundé.

Ce jour où, le président de l’instance camerounaise du football et ses collaborateurs ont « décidé d’annuler les Statuts de la Ligue, parce qu’elle a omis de les soumettre à l’Assemblée générale souveraine de la Fécafoot », jugeant par conséquent qu’il fallait alors « donner un an supplémentaire (à la Ligue, Ndlr.), pour que l’organe transitoire qui sera mis sur pied puisse avoir le temps de refaire des textes qui seront alors soumis à l’Assemblée générale de la Fécafoot en mars 2017 », avait indiqué Tombi à Roko. Lui dont l’ambition est de « bâtir quelque chose de solide », aura désormais des difficultés à « calmer le jeu (…) pour mettre sur pied une Ligue de football professionnel du Cameroun fiable et vraiment professionnelle », comme il l’avait souligné. Pierre Semengue ne voulant pas perdre une année à refaire des textes qui pourraient finalement l’exclure du processus électoral. Seul candidat véritable à sa propre succession, il a toujours rêvé de diriger la Ligue de football professionnel, en tant que président élu.

Bidoung Mkpatt ? Même pas peur

Or après le verdict de la Cca, le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep) avait tenu deux réunions tripartites (avec la Ligue et la Fécafoot), pour tenter de désamorcer les tensions entre les deux instances en conflit. Malgré la victoire de Semengue qui a vite fait de botter en touche les propositions de Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt. « La Fécafoot estime que les derniers textes adoptés à la Ligue devraient être validés par son Assemblée générale, tel que le prévoient les dispositions statutaires. Reste cependant que, c’est sur la base de ces statuts que les délégués de la Ligue ont été désignés lors de l’élection de Tombi à Roko. Et donc, si ces textes sont annulés par la Fécafoot, alors Tombi à Roko devrait lui-aussi reconnaitre qu’il a été mal élu. Par conséquent, il devrait quitter la Fécafoot », dit-on dans les milieux des affidés du Général Pierre Semengue qui n’a pas véritablement de challenger en face. Tel qu’on est parti, tous les signaux sont au vert pour son élection. Notons pour mémoire que Pierre Semengue a été nommé à la tête de la Ligue de football professionnel du Cameroun en 2011, pour un mandat de deux ans non renouvelable. Depuis la fin de son premier mandat (fin 2013), il assure la gestion provisoire de cette instance qu’il ne veut plus quitter, au grand dam de ceux qui l’avaient choisi.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Arthur Wandji