Législatives et Municipales 2013 : le RDPC opte pour l’investiture des candidats

Le Président National du parti au pouvoir, a signé le vendredi 5 juillet 2013, une circulaire précisant les modalités de sélection des candidats.

Jean-KueteL’option retenue par Paul Biya pour les prochaines consultations électorales du 30 septembre 2013, est l’investiture. Le Comité Central du RDPC devra valider les candidatures en dernier ressort. Concrètement, des équipes seront en mission dans les 10 régions du pays et par ricochet, dans les différentes circonscriptions électorales afin de recueillir les propositions. Quant au choix des candidats, la circulaire du Président National précise que « leur désignation sera effectuée en liaison avec la base militante, à l’effet de favoriser l’émergence d’hommes, de femmes et de jeunes intègres, dynamiques et représentatifs capables de susciter l’adhésion pleine et entière de l’électorat au projet pour un Cameroun émergent  porté par le RDPC ». Une terminologie consacrée, qui ne convainc pas de nombreux militants de la base. Certains estiment que le RDPC revient aux méthodes révolues du parti unique. D’autres ne cachent pas leur frustration en prenant pour exemple le Sénat camerounais, pour eux, c’est une fois de plus l’occasion de désigner des gérontocrates, des grabataires qui ne tiennent leur légitimité que de Paul Biya.

De l’autre coté, les laudateurs de l’option prise d’investir les candidats soutiennent que c’est un moyen d’écarter les aventuriers qui, parfois n’ont aucune expérience politique mais à coup d’argent et de magouilles réussissent à se faire élire en  achetant les consciences des électeurs. Comme pour mettre un terme à ces chuchotements de couloir, le Secrétaire Général du RPDC Jean Kuété à tenu le lundi 8 juillet 2013, une séance de travail avec comme point important à l’ordre du jour, ‘’les consignes de présélection des candidats’’. Il en ressort que la question du genre sera scrupuleusement respectée. Pour les législatives, par exemple, lorsqu’une circonscription est disputée pour deux à quatre sièges de députés, la liste du RDPC comportera au moins une femme, et deux quant il faudra présélectionner une liste de cinq à huit députés.  Quant aux municipales, il faudra tenir compte des consignes générales de féminisation et de juvénilisation des listes.  Jean Kuété a en outre insisté sur la règle du consensus qui devrait guider la constitution des listes. Pour lui, le consensus favorise l’union et réduit les risques de rancœur des candidats qui seraient battus dans les primaires. Les listes du RDPC sont attendues au niveau de la commission centrale de supervision au plus tard le 12 juillet 2013.

Hakim Abdelkader

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz