Législatives et Municipales 2013 : La cour suprême valide 74 recours

La cour suprême siégeant comme Conseil Constitutionnel à vidé le contentieux préélectoral des législatives 2013, le mercredi 14 août 2013, il en ressort que sur les 74 recours introduit seuls 3 ont été validés.

Cour-supreme-cameroun-512x340

L’Aliance  Nationale pour la Démocratie et le Progrès (ANDP), le Bloc pour la Reconstruction et l’Indépendance économique du Cameroun (BRIC), et le Mouvement  pour la Renaissance du Cameroun (MRC) sont les formations politiques qui ont vu leurs recours validés dans le cadre du contentieux préélectoral pour les élections législatives 2003. Le Conseil a donné raison à l’ANDP qui souhaite le remplacement et la réhabilitation de sa liste dans le département du Mayo-Tsanaga. Ladite liste avait été rejetée par le Conseil d’Elécam au motif que l’une des candidates âgée de 21  ans seulement n’avait pas l’âge requis pour faire acte de candidature. Au Cameroun l’âge minimum est de 23 ans. La candidate Maramou Zra sera donc remplacée par Violette Tchivet.

Le second recours qui obtient l’aval de la haute juridiction est celui introduit par le BRIC. La liste à problème dont l’un des candidats était frappé d’incompatibilité, toujours dans le Mayo-Tsanaga a été validée à condition que le candidat concerné soit remplacé. Le dernier recours examiné est celui du MRC du professeur Maurice Kamto. Le Conseil Constitutionnel a à l’unanimité de ses membres ordonné à Elecam de recevoir et d’examiner les dossiers du MRC. Lors des échanges, le Conseil Constitutionnel a rappelé que la Direction Générale d’Elecam n’a pas le droit de refuser des dossiers. Sa responsabilité est de réceptionner les dossiers en état et de pointer les pièces qu’il renferme.

Une issue pas encore satisfaisante de l’avis de Maurice Kamto qui précise : « il ne faut pas prendre ça comme une victoire on en reparlera après les décisions d’Elecam ». Le professeur n’a pas été tendre vis-à-vis d’Elecam lors de sa prise de parole devant la collégialité de la Cour Suprême. Pour lui, « les responsables d’Elecam ne sont pas particulièrement bien disposés vis-à-vis de son parti ». Selon lui le seul crime de sa formation est « le tentation d’exister ».