Journée mondiale sans sacs plastiques : des situations diverses en Afrique

sacs plastiques
Journée mondiale sans sacs plastiques : des situations diverses en Afrique

Célébrée tous les ans, le 3 juillet, la journée mondiale sans sacs plastiques a pour but de sensibiliser toute la population sur les impacts des sacs jetables sur l’environnement. Les écologistes ont même donné le nom de huitième continent, au dépôt situé dans le nord-est de l’océan Pacifique. Plus de détails sur la situation des sacs plastiques en Algérie, en Côte d’Ivoire ainsi qu’au Mali avec CAMERPOST.

Triste constat pour l’Algérie

L’Algérie fait figure de mauvais élève dans la course à la préservation de l’environnement. Le pays est le 5e plus grand utilisateur de sacs jetables au monde après les États-Unis, le Maroc, la France et l’Australie. Une moyenne de 200 sachets par citoyens par an soit 6,5 milliards de sacs sont utilisés par les Algériens chaque année. Que ce soit dans les villes ou les milieux ruraux, le même spectacle désolant est constaté. Des milliers de sachets sont jetés dans les champs, les places publiques ou encore les parcs.

Côte d’Ivoire : des habitudes à changer

Bien que l’importation, la production, la détention ou aussi la commercialisation de sacs en plastique sont prohibées depuis 2013. En Côte d’Ivoire, ces éléments indestructibles sont encore bien présents à Abidjan. Au marché, les boutiquiers sont les premiers témoins de l’absence de changement d’habitude des Ivoiriens concernant l’utilisation des sachets en plastique et réclament des solutions alternatives pour emballer les courses de leurs clients. Les sacs en plastique sont aussi l’une des causes d’inondations dans la ville. Pourtant un décret, dans le code de l’environnement, existe et prévoit une amende et jusqu’à 6 mois d’emprisonnement.

Le Mali est encore dans l’impasse

La loi votée en 2012, censée interdire l’utilisation de sacs en plastique, n’est toujours pas appliquée au Mali. Des réunions entre le ministère de l’Environnement, des producteurs de sachets biodégradables et des importateurs ont pourtant bien été organisées dans le but de trouver des remplaçants aux sacs en plastique. Depuis avril 2013, la loi devait être entrée en vigueur, mais son application est freinée par le laxisme des dirigeants du pays et la mauvaise foi des commerçants.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz