Interview de Michael Ange Angouin : « il y’a des personnels qui perçoivent des doubles salaires »

Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Michel Ange Angouin s’exprime sur les réformes et les avancés observées dans le département ministériel dont il a la charge.

Michael Ange Angouin, ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative
Michael Ange Angouin, ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative

Camerpost : Le Président de la République lors de son discours du 31 décembre 2013, a relevé un problème de cohésion dans l’administration publique camerounaise. Quels sont les dispositions que vous prenez à votre niveau pour remédier à cette situation ?

Michel Ange Angouin : Je voudrai d’abord dire d’entré de jeux que la modernisation de l’administration publique camerounaise est une préoccupation forte du chef de l’Etat qui nous a prescrit formellement d’engager des réformes allant dans le sens de la modernisation de notre administration publique. La mise en œuvre de ces instructions présidentielles, sous l’impulsion du Premier Ministre chef du gouvernement, nous a amené à entreprendre un certains nombre d’actions concrètes au niveau du ministère de la fonction publique. La première chose elle est toute simple, l’accueil des usagers, nous en avons fait un point d’honneur parce que nous estimons que pour que les usagers apprécient le service que nous leur rendons il faut d’abord que l’accueil soit de mise. En dehors de cela nous avons pensé bon aussi, de réduire au strict minimum les délais de traitement des dossiers des personnels admis à faire valoir leur droit à la retraite. A ce niveau, la synergie d’action entre le ministre de la fonction publique et celui des finances, a abouti à ce résultat intéressant qui voudrait que lorsque vous partez à la retraite au mois de janvier par exemple, en février vous percevez l’entièreté de votre pension. Il y’a un basculement automatique qui se fait. Nous avons également relevé qu’il y’a des agents publique qui perçoivent des doubles salaires, il y en a qui sont décédé et qui continuent de toucher les salaires, ou à toucher des indemnités indument, je crois qu’il est question qu’on mette fin à ces pratiques là. Tous ceci pour dire que dans notre département ministériel un accent particulier est mis sur la lutte contre la corruption.

Camerpost : Entre votre discours et les faits il y’a comme un décalage parce que les usagers eux continuent de se plaindre. Comment vous assurez vous que toutes les prescriptions sont appliqués ?

M.A.A : Il faut dire que lorsque nous arrivons à la tête de ce département ministériel, nous y arrivons avec des ambitions mais pas avec une baguette magique. Beaucoup a été fait beaucoup reste encore à faire. Au lendemain du discours du chef de l’Etat, nous avons prescrit à notre secrétaire général, la reprise en main de nos effectifs. Vous savez que l’une de nos missions première est la gestion des ressources humaines de l’Etat, et nous savons qu’on ne peut pas aller à l’émergence si on ne dispose pas des ressources humaines de qualité, et compétentes. Ici donc, nous veillons à ce que le personnel du Minfopra prêche par l’exemple à travers le meilleur service rendu aux usagers de la fonction publique.

Camerpost : Y’a-t-il des domaines dans lesquelles on observe des résultats palpables au niveau de votre ministère ?

M.A.A : Il est important à mon sens de faire un distinguo. Lorsqu’on parle de l’inertie de l’administration il ne s’agit pas de la fonction publique prise comme département ministériel. Vous savez que l’administration existe dans tous nos départements ministériels, dans toutes les structures de l’Etat. Vous savez lorsque le chef de l’Etat parle de l’inertie nous sommes tous concernés ou interpellé. Au niveau de la fonction publique, je voudrai dire de façon concrète que nous avons eu à mettre en œuvre les initiatives à résultats rapide en collaboration avec la CONAC. Ces initiatives nous ont permis de traiter en cent jours, plus de douze mille dossiers de carrière des agents publics. De façon concrète nous nous sommes également posés la question de savoir : que faut ‘il faire pour abréger les souffrances des personnes admises à faire valoir leurs droits à la retraite ? le ministre des finances et moi-même, ainsi que nos principaux collaborateurs avons mis sur pieds des procédures qui nous permettent à ce jour d’abréger véritablement les peines de ces personnes dont nous savons tous la délicatesse. Comme je l’ai souligné plus haut, vous partez en retraite aujourd’hui le mois suivant, il y’a un basculement automatique et vous avez votre pension. Je voudrai également dire qu’au ministère de la fonction publique nous avons pour mission d’élaborer les cadres organiques des différents départements ministériels. Ce travail a été fait dans son intégralité.

© Camerpost.com: Propos recueillis par Hakim ABDELKADER

Partager cet article

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz