Insécurité – Boko Haram : Paul Biya reçoit l’ambassadeur de Russie au Cameroun – 19/01/2015

Audience entre le président Paul BIYA et l'ambassadeur de Russie au Cameroun Nicolay RATSIBORINSKI. © PRC
Audience entre le président Paul BIYA et l’ambassadeur de Russie au Cameroun Nicolay RATSIBORINSKI. © PRC

Reçu vendredi par le président Paul Biya, l’ambassadeur de Russie au Cameroun, Nikolay Ratsiborinski, annonce une aide multiforme de son pays dont des armes de dernière génération.

Pour Nikolay Ratsiborinski, ambassadeur de la fédération de Russie au Cameroun, reçu vendredi en mi-journée par le président Paul Biya, le phénomène Boko Haram ne devrait pas être considéré comme un problème interne au Nigeria. Il s’agit, à son avis, d’une excroissance du terrorisme international. Lequel doit être traité comme tel. D’où la nécessité, estime le diplomate russe, d’un soutien international aux efforts du Cameroun régulièrement attaqué sur sa frontière avec le Nigeria, dans la région de l’Extrême-Nord, par cette nébuleuse.

Moscou promet ainsi “d’ici un mois” une assistance aux réfugiés, d’une part, et à la protection civile, d’autre part. Au plan militaire et avant la fin de cette année, la Russie se propose, selon son chef de mission à Yaoundé, de mettre à la disposition du Cameroun des armements sophistiqués de dernière génération : de l’artillerie lourde, des missiles, des systèmes de protection aérienne, des véhicules blindés pour le transport des troupes. Moscou est du reste disposé, ajoute son ambassadeur, à recevoir pour des formations de jeunes Camerounais à l’utilisation desdits équipements et au maniement de ces armes.

Mais la lutte contre Boko Haram ne devrait pas se limiter au plan militaire, de l’avis du diplomate. Il estime qu’une stratégie, à long terme, devrait également porter sur l’économique et le social. Moscou, à cet égard, est disposée à réaliser des projets d’infrastructure au Cameroun, notamment dans la région de l’Extrême-Nord.

L’audience de plus d’une heure, qualifiée de « séance de travail utile » par l’hôte du chef de l’Etat, a permis de faire un tour d’horizon de l’actualité internationale, avec un arrêt sur les grands foyers de tension dans le monde: Ukraine, Irak, Syrie, Bassin du Lac Tchad… Nikolay Ratsiborinski déclare que le Cameroun et la Russie sont d’accord pour défendre et consolider le rôle de l’Onu dans la recherche de solutions au règlement des affaires internationales. Cela suppose, à son avis, la recherche d’un large consensus autour de ces questions et le respect de la souveraineté des Etats.

L’offre de la Russie vient comme une réponse à l’appel du président Paul Biya à une plus grande mobilisation internationale contre la nébuleuse islamiste Boko Haram. En réponse aux vœux du corps diplomatique, le 8 janvier dernier au palais de l’Unité, le chef l’Etat préconisait une « riposte globale » face à la menace « globale » que représente le terrorisme.

L’on aura noté dans la même veine, la semaine dernière, une ferme condamnation des attaques de Boko Haram par l’Union africaine (Ua) et l’envoi par le Tchad d’un important contingent au Cameroun.

Source : ©  Cameroon Tribune

Par MONDA BAKOA