Immigration africaine : Angela Merkel contre le mur ” anti-intrusions ” à Calais en France

Angela Merkel contre le mur " anti-intrusions " à Calais en France | © AFP / Thomas Kienzle
Angela Merkel contre le mur ” anti-intrusions ” à Calais en France | © AFP / Thomas Kienzle

La question d’une barrière contre immigrants divise. La chancelière allemande voit plutôt qu’il faut amener  les Africains à rester chez eux à travers des moyens incitatifs.

En effectuant, sa visite d’Etat au Mali et au Niger, au moment où les autorités françaises et britanniques, accélèrent la construction du mur, ‘’anti-intrusion’’ des migrants, dans la jungle française de Calais, la chancelière allemande, Angela Merkel, entend apporter des solutions à une double crise qui ronge l’Europe. D’une part, le mali et le Niger sont considérés par d’aucuns, comme étant, les bastions du terrorisme islamiste de l’Afrique de l’Ouest. D’autre part, ces pays constituent des foyers de  départ des migrants vers le vieux continent.

Mauvaise solution

Démarré en septembre dernier, et financé par l’Angleterre, le mur en construction dans la localité française de Calais, vise à stopper les intrusions des migrants étrangers vers le Royaume Uni. Selon des associations, le nombre de migrants se situe  entre 7 000 à 10 000 personnes. Mais, ce projet franco-anglais est politiquement  critiqué par l’Allemagne. Le voyage de la chancelière allemande au Sahel, montre que les 2,7 millions d’euros pour cette barrière pouvaient être investis localement pour éviter les migrations.

A l’origine du projet du mur, les plaintes des conducteurs des camions circulant dans la ‘’jungle’’ de Calais. Ils disent craindre d’être agressés par les passeurs qui cherchent à faire partir leurs clients, et la peur des conducteurs d’engins de renverser les migrants. En plus, la construction du mur peut persuader des potentiels migrants.

Y a mieux à faire

La chancelière a promis à ses compatriotes, le recul du flux des migrants. Elle a garantie que cela passe par un coup de pouce à l’Afrique. C’est ce qui justifie ses voyages dans le Sahel, afin d’apporter de l’aide au développement, contenir la progression du terrorisme et la corruption. La visite de la chancelière allemande, Angela Merkel au Sahel (135 millions d’habitants), vient donc à point nommé. Concernant la menace terroriste, Madame Merkel a déclaré devant la presse au Niger, que même si des groupuscules mènent des attaques au Niger et au Mali, leur présence est nécessaire. Au Niger, elle a annoncé une aide de 27 millions d’euros pour aider le Niger dans le secteur de l’équipement militaire et les projets de développement.

Concernant, la question de la pauvreté, la chancelière, précise que, c’est la principale cause de l’immigration clandestine. Elle soutient qu’il faut créer des emplois sur place pour amener les indigènes à rester chez eux.

La position  de la haute autorité allemande n’est pas le premier revers contre l’initiative de construire un mur. Le premier son de la contestation de ce plan onéreux est venu du maire de Calais. Pour ce dernier, la construction d’un mur n’a pas sa raison d’être. Le maire Natacha Bouchard poursuit qu’un mur en plus des 30 kilomètres de grillades, c’est de trop.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz