Hemley Boum : « On n’a pas offert aux Camerounais des raisons d’être fiers »

La romancière Hemley Boum. | © VINCENT FOURNIER/J.A.
La romancière Hemley Boum. | © VINCENT FOURNIER/J.A.

Longtemps la guerre pour l’indépendance a été l’objet d’un tabou au pays de Ruben Um Nyobè. Près de soixante ans plus tard, de jeunes écrivains, comme l’auteure des Maquisards et Max Lobe, se réapproprient cette histoire occultée.

Dans le Cameroun sous tutelle française des années 1950, les autorités de la métropole ont une obsession : en finir avec les nationalistes, qui rêvent d’indépendance. Les moyens utilisés sont cruels : torture, enfumades, massacres de villageois, décapitations et exposition de corps mutilés sur les places publiques. Leur bête noire : Ruben Um Nyobè dit Mpodol (« porte-parole », en langue bassa), leader charismatique de l’Union des populations du Cameroun (UPC), favorable à un combat légaliste et pacifique. Lire la suite »

Source : © Jeune Afrique

Par Clarisse Juompan-Yakam

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz