Hafis Ruefli : « Nous devons engager une véritable révolution agricole au Cameroun »

Le président national du Conseil citoyen camerounais s’adresse aux camerounais. Dans ce traditionnel discours, il passe en revue tous les aspects de la vie nationale. Lisez plutôt !

Hafis Ruefli - Président national du Conseil citoyen camerounais
Hafis Ruefli – Président national du Conseil citoyen camerounais

Camerounais, Camerounaises, mes chers compatriotes, Le début de cette année 2014 m’offre, comme il est de coutume,  l’occasion d’adresser à chacune et à chacun des Camerounais mes vœux les plus chaleureux de bonheur, de santé, de prospérité et d’allégresse. J’implore le Tout Puissant que cette année nouvelle marque un virage décisif dans la marche de notre pays vers le Cameroun dont nous rêvons tous, dans la paix et la concorde. Ces instants de réjouissance ne doivent pas nous faire oublier les nobles tâches qui nous incombent pour un nouveau Cameroun. Je suis heureux de m’adresser à vous, au seuil du nouvel an. En ces moments de joie et d’espérance, j’ai d’abord une pensée affectueuse pour nos malades, nos citoyens en proie à l’injustice, nos enfants et pour tous ceux qui endurent des aléas de la vie. J’adresse avec respect, la mémoire de nos morts, et de nos illustres fils de la Nation.

Que les cultes de la paix, et de la fraternité humaine des valeurs d’amour patriotique, puissent incarner et nous servir d’appui sur la route de notre destin très partagé. L’harmonie si belle traduit notre Nation dans sa diversité, le nouvel An correspond cette année, quelques jours après les fêtes de noël, avec le cinquantenaire de la réunification, l’occasion privilégiée de retrouvailles et d’union. Retrouvailles dans la paix et d’échange, c’est notre vœu le plus cher pour le Cameroun. Et la certitude est permise, de sécuriser nos frontières. Je me réjouis, une fois de plus, de ce grand geste de bonne volonté. Au nom de la jeunesse Camerounaise, du peuple camerounais tout entier, je renouvelle mes sincères remerciements. Je reste, pour ma part, déterminé à poursuivre ma bataille, pour un Cameroun, moderne, uni, et plein des ambitions. Aussi il faut encourager les acteurs de la vie politique pour le règlement pacifique et durable de la crise camerounaise.

Mes chers compatriotes, Cher amis d’ici et d’ ailleurs

Au cours de l’année qui s’achève, nous avons vécu des moments de tension et de fortes émotions avec une période pré-électorale agitée et de graves inondations, des pandémies de paludisme, des accidents récurrents de la route qui ont occasionné des pertes énormes. Mais en toute circonstance, nous avons montré que ce qui nous unit, est plus fort que ce qui nous divise ; que nous sommes une Nation debout, résolue à garantir ses acquis, et les préservés. Face aux défis et aux épreuves, l’esprit de force, l’esprit de solidarité et de partage hérité de nos traditions ancestrales a primé. Et le mérite en revient à chacun de vous, mes chers frères et sœurs, de cette grande nation. Ces qualités, mes chers compatriotes, nous devons les cultiver pour relever les défis à venir. Restons mobilisés, parce que nous n’avons pas encore fini de réaliser notre passif de ces dernières années, avec un cumul de dettes, vient s’ajouter un contexte sous régional de crise qui affecte négativement notre économie. Nous faisons appel aux responsables de cette grande nation, dès le mois de janvier 2014, à tenir les concertations pour stabiliser notre système éducatif et améliorer sa qualité dans tous ses aspects. La jeunesse c’est notre future, elle reste garante, de l’émancipation du défi du XXI siècle. Nous pouvons oser, et créer. J’accorde, à cet égard, une attention particulière à la promotion de la formation technique et professionnelle à tous les niveaux, pour répondre aux besoins du marché de l’emploi, qui est source de notre émergence, et croissance économique.

Mes chers compatriotes,

Malgré nos bonnes performances agricoles de cette année, l’autosuffisance alimentaire reste encore un objectif à atteindre pour notre pays. Nous sommes à la hauteur, de stabiliser notre autosuffisance, seule la volonté politique, pourrait fortement contribuer à cette réussite. Le Cameroun est le Jardin, et grenier de l’Afrique centrale. Nous devons engager une véritable révolution agricole, le Cameroun regorge des terres fertiles, cultivables, des terres pastorales, par un meilleur aménagement des terres et une allocation plus conséquente de moyens pour la maîtrise de l’eau, la sécurisation de semences, la transformation agroalimentaire, et la mécanisation de notre agriculture, nous deviendrons le leader de notre sous-région. Une agriculture raisonnée. Avoir des moyens appropriés de protection des cultures et de la santé des animaux et de nos exploitations. Nous appelons à la politique, par-dessus tout, à ce que le producteur soit dédommagé au juste prix de son dur labeur. Un contrat de confiance soit établi. C’est la base de la bonne gouvernance.

L’urgence pour 2014, c’est d’ abord de relever du souffle à notre économie, décrue. Enfin nous souhaitons souligner l’effort financier important qui sera réalisé par l’Etat pour apurer ses dettes. En contrepartie les opérateurs économiques nationaux et étrangers doivent faire la preuve de leur patriotisme économique. Il faut des ressources pour renforcer les affaires, investir dans le pays et créer des emplois nouveaux. Le problème de sous emplois au Cameroun est plus que précaire, surtout pour des jeunes. En tant que acteur de l’économie national important, ils seront jugés par les populations sur leur performance. Lutter contre la pauvreté et les inégalités sociales, c’est autant organiser la solidarité nationale pour venir en rescousse au plus démunis parmi nous et faciliter à tous l’accès aux soins de santé. Pour une société plus juste, sans privilège. Une Bourse de Sécurité Familiale et la Couverture Maladie Universelle doit être dotée d’un budget correspondant à ses besoins. Pour une politique qui profite à toute notre société qu’a une poignée de privilégiés. La Couverture Maladie Universelle représente un instrument de solidarité nationale qui doit devant permettre à chaque camerounais, quelle que soit sa condition, d’avoir accès à un minimum de soins. Pour des personnes vivant avec un handicap, une égalité des chances leur doit donner le droit à des services spécifiques, dont la gratuité des soins dans les structures publiques. Une concertation sur l’état de notre système de santé, doit être la première de notre feuille de route. Nous voulons des actes au quotidien comme en politique.

Mes chers compatriotes,

Vous avez été nombreux à contribuer financièrement, faire des dons en nature, nourrir et loger des voisins sinistrés, lors des inondations et certaines catastrophes naturelles au Cameroun cette année. Je salue cet extraordinaire élan de générosité dont des Camerounaises et Camerounais de toutes les couches sociales, de l’intérieure comme de l’extérieure, ont fait montre pour venir en aide aux victimes. Nous appelons, à présent, de soutenir une réponse durable au phénomène répétitif des inondations, dans le Grand-Nord, et partout ailleurs dans le triangle national Nous appelons à la politique de mettre à jour, un programme de réinstallation des familles déplacées, des nouveaux logements sociaux doivent être construits, pour faire face à ce fléau. Un programme d’habitat est plus que souhaitable. Une initiative pour offrir à chaque famille la possibilité d’acquérir un logement décent. Pour les coûts élevés des loyers, le Gouvernement doit mettre en place une Commission de régulation pour brider le tripatouillage devenue insupportable pour les locataires. De même, il est souhaitable de revoir la subvention des prix de l’électricité. Au titre d’un programme d’électrification rurale, beaucoup des ménages sont victimes des coupures d’électricité.

Mes chers compatriotes,

Un contrat de confiance doit être engagé c’est la base d’une la bonne gouvernance. La démocratie et le respect de l’Etat de droit, la gestion vertueuse des affaires publiques est plus que jamais, une exigence citoyenne. C’est aussi un impératif économique absolu et une question d’équité et de justice sociale. La Conac doit être doté de larges pouvoirs de saisine et d’investigation pour traduire en actes les aspirations communes à une gestion saine, soucieuse de la sauvegarde de l’intérêt public. Le Consup devrait être réformé pour renforcer son indépendance et ses moyens d’intervention, notamment avec l’institution d’un Parquet général. L’indépendance de l’Inspection générale d’Etat à publier ses rapports annuel sur l’état de la gouvernance publique est plus que souhaitable. Avec un dispositif de coordination pour assurer plus de cohérence dans les activités des corps de contrôle de l’Etat. La transparence dans l’exercice de toute mission de service public, ne doit pas se soustraire de l’obligation de rendre compte. Pour cela il faut encourager la dynamique de changement, qui très souvent dérange. Parce qu’elle secoue des certitudes, parce qu’elle repousse des coutumes établies, pour certains, elle remet en cause des acquis et des privilèges indus. Rien ne devrait détourner cet objectif de bonne gouvernance. Par conséquent, les procédures engagées en matière d’audits et d’enquêtes sur des ressources et biens mal acquis doivent rigoureusement être menées jusqu’à leur terme. Et la justice indépendante doit suivre son cours.

La Diplomatie devrait retrouver ses pointes. Revaloriser les représentations diplomatiques et consulaires doit être recentrés sur des priorités essentielles, en Afrique et dans le Monde. Mieux protéger nos compatriotes vivant à l’étranger, cultiver le bon voisinage et l’intégration africaine en favorisant un concours axée sur la croissance L’année qui s’annonce va certainement nous ouvrir de nouvelles possibilités de continuer à accomplir de nos aspirations à une vie meilleure, sur le fondement de nos acquis. Dans quelques mois, notre équipe nationale de football représentera le Cameroun à la coupe du monde qui aura lieu au Brésil du 12 juin au 13 juillet 2014. Ce qui pour d’aucuns relevait d’une mission difficile lors des matches éliminatoires a pris forme progressivement et résolument pour s’imposer, au prix de tant d’efforts, comme une réalité à plusieurs faces, visible et concrète. C’est un Cameroun uni et fier qui devra être derrière nos Lions Indomptables. Notre équipe nationale doit pouvoir compter sur notre soutien enthousiaste pour la pousser le plus loin possible dans cette compétition. Un Cameroun de nos rêves est à notre portée. Gardons pleinement confiance dans nos capacités et pour y parvenir nous devrons rester mobilisés autour des vertus du labeur, du patriotisme et de la discipline. L’individualisme collectif. Fort de cette assurance et pleine de confiance que je vous présente mes vœux pour le nouvel an.

Vœux de paix, de cohésion nationale et de prospérité croissante pour notre cher pays. Vœux de bonne santé, de longévité et de réussite.

Bonne année 2014

Hafis Ruefli
Le président national

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz