Guinée – Election présidentielle : La Cour Constitutionnelle confirme la victoire d’Alpha Condé

Alpha Condé réélu au premier tour avec 57,8% | DR
Alpha Condé réélu au premier tour avec 57,8% | DR

La Cour Constitutionnelle de Guinée a confirmé hier samedi la victoire du président sortant, Alpha Condé, avec 57,84% des votes du dimanche 11 octobre dernier.

Ces résultats ne diffèrent quasiment en rien de ceux diffusés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), qui elle, avait déclaré Alpha Condé vainqueur avec 57,85% des suffrages exprimés.

Cellou Dalein Diallo leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg) qui vient en deuxième position à lui, selon la Cour Constitutionnelle obtenu 31,45 % des suffrages exprimés, contre 31,44 % déclarés préalablement par la CENI.

Le score de Sidya Touré président de l’Union des forces républicaines (UFR) reste inchangé avec 6,01% des suffrages exprimés.

Tout comme lors des résultats provisoires, c’est Faya Lansana Millimono candidat du Bloc libéral (BL) qui est venu en quatrième position avec 1,39% des suffrages exprimés, suivi de Papa Koly Kourouma candidat de Générations pour la Réconciliation, l’Union et la Prospérité (GRUP), avec 1,31% des suffrages exprimés.

L’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté candidat du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) n’a obtenu lui que 1,16% des voix. Il est suivi de Georges Gandhi Tounkara de l’Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD) avec 0,50% des suffrages exprimés.

La seule femme candidate au scrutin présidentiel Marie Madeleine Dioubaté présidente du Parti des écologistes de Guinée, ferme la marche avec 0,33% des voix.

La Cour Constitutionnelle a débouté les trois candidats qui avaient porté des recours au niveau de ses instances. En les renvoyant à mieux se pourvoir. Il s’agit de Faya Lansana Millimono du BL, Papa Koly Kourouma du GRUP et Lansana Kouyaté du PEDN.

Ces candidats ont relevé des irrégularités mors du scrutin du 11 octobre, invitant la Cour Constitutionnelle à annuler purement et simplement le vote.

Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, eux n’avaient pas jugé nécessaire de faire recours à la Cour Constitutionnelle, bien qu’ayant émis des réserves sur le déroulement du scrutin ainsi que sur les résultats proclamés par la CENI.

Tous les candidats malheureux avaient d’ailleurs décidé de ne pas reconnaitre les résultats, avant même la fin du décompte des voix.

© CAMERPOST avec © APA