Gestion publique : Le Cameroun lance un inventaire de son potentiel minier sur une superficie de 160 000 km2

Dès ce mois de janvier 2014, le Projet de renforcement des capacités dans le secteur minier (Precasem), hébergé par le ministère camerounais des Mines et co-financé par l’Etat du Cameroun et la banque mondiale, lance dans six régions (Nord, Adamaoua, Ouest, Est, Littoral et Centre) sur les 10 que comptent le Cameroun, des opérations de «levé géophysique aéroporté».

M. Emmanuel BONDE, ministre des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique
M. Emmanuel BONDE, ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique

En révélant cette information au cours d’une conférence de presse qu’il a donné ce 21 janvier 2014 à Yaoundé, le ministre camerounais des Mines, Emmanuel Bondé, a précisé que cette campagne vise à identifier de nouvelles zones du territoire camerounais potentiellement minières, mais qui «n’ont jamais fait l’objet d’inventaire par le passé».

Cette «nouvelle percée dans le sous-sol camerounais», qui va couvrir une superficie de 160 000 km2, va également permettre au pays de se doter de 13 nouvelles cartes géologiques, contre une seule actuellement ; concourant par ailleurs à porter la superficie désormais explorée de 40 à environ 70% du territoire camerounais, a souligné le coordonnateur du Precasem, Guillaume Sosthène Mananga.

Ce nouvel inventaire du potentiel minier camerounais va consister au survol (en basse altitude, environ 80m) des zones ciblées par des aéronefs équipés de capteurs devant enregistrer les informations et données provenant du sous-sol.

Cet inventaire qui va se dérouler jusqu’au mois de juin 2015, soit sur une durée de un an et demi, est la toute première après celle de la fin des années 80 qui n’avait pas utilisé toutes les technologies nouvelles dont on dispose de nos jours en matière de levé géophysique, a précisé le coordonnateur du Precasem.

Avec Agence Ecofin

Vous aimez ? Partagez !