Gabon : Réaction après la publication du rapport de l’UE sur les élections

Réaction après la publication du rapport de l’UE sur les élections | Ph. Illustration

Aux journalistes qui L’ont interrogé hier à New York sur le contenu du rapport délivré par l’Union Européenne aux autorités du Gabon, nous avons l’honneur de partager avec vous, l’élément de réponse de Mr. DRO Kessé Jean Claude, Président en exercice du Parlement Africain de la Société Civile

Frederic Strugberd, Journaliste indépendant

Question 1 : Monsieur Dro, la mission d’observation de l’Union Européenne vient de rendre publique à Libreville ses conclusions de la dernière consultation électorale au Gabon, à ma connaissance, vous étiez aussi observateur de cette même élection. Avez-vous pris connaissance de ce rapport ? si oui quelle est votre réaction ?

Question 2 : Il y a eu plusieurs réactions en Europe dont celui du député Européen Jo Leinen qui estime qu’il faut sanctionner le Gabon. Il dit et je cite « J’ai toujours dit que la manipulation était claire, qu’Ali Bongo n’est pas un président légitime, et que c’est inacceptable qu’on ne fasse rien. Nous allons demander à l’UE de déclencher l’article 96 de l’accord de Cotonou »

REPONSE

Mr DRO Kessé Jean Claude : Je prends acte du contenu du rapport de la Mission d’Observation Electorale de l’Union Européenne au Gabon et je profite pour signifier à l’opinion internationale de ne pas oublier que nous avons aussi en Afrique notre Union. L’Union Africaine qui compte, il faut le rappeler 54 Etats. Cette forte Union a dépêché aussi à Libreville une mission d’observation qui a travaillé de manière conjointe avec celle de la Commission des Etats Membres de l’Afrique Centrale. Il y a eu également notre Mission, le Parlement Africain de la société Civile, organisation doté du statut ECOSOC des Nations Unies et plusieurs autres institutions, ONG et organisations intergouvernementales. Il y a eu plus de 1000 observateurs dans ce petit pays pour suivre l’élection présidentielle du 27 aout. Et façon unanime nous avons estimé que la présidentielle du 27 aout dernier était crédible et que les résultats validés par la cours constitutionnelle reflètent bien la volonté du peuple gabonais.

Il est donc important que je souligne ce fait pour dire aux uns et aux autres qu’il ne faut pas qu’on se cristallise sur ce rapport de nos amis du nord.

Si, sur une vingtaine de rapports il n’y a qu’un seul qui n’accorde pas de crédit à cette consultation électorale, il n’y a pas lieu de s’alarmer. Par contre il faut inviter les autorités en charge des élections au Gabon à tenir compte des importantes recommandations intéressantes qu’on trouve dans le rapport de cette mission européenne tout comme dans celui produit par l’Union Africaine et mon organisation.

J’apprécie d’ailleurs les propos de la chef de mission de l’UE au Gabon Mme Mariya Gabriel qui reconnaît que son rapport n’est pas une décision. Moi j’irai même plus loin pour dire que ce rapport n’engage même pas l’Union Européenne.

A mon avis il faut se tourner vers les prochaines consultations parce qu’on ne va pas reprendre cette élection. Et cela est su de tous. Les Gabonais se sont choisi un président et il faut les aider à aller de l’avant.

Je suis à New York pour partager mon rapport avec les institutions personnalisées des Nations Unies, les diplomates accrédités ici et plusieurs autres partenaires ; tout en ayant à l’esprit que la présidentielle au Gabon est déjà derrière nous.

Pour ce qui est des propos du député socialiste européen Jo Leinen, je pense vraiment qu’il a un problème personnel avec les autorités actuelles du Gabon que je ne sais pas.

Parce qu’aller jusqu’à dire qu’il y a eu manipulation, que le président Ali Bongo n’est pas un président légitime, et souhaite que l’UE déclenche l’article 96 de l’accord de Cotonou, c’est choquant, mais je comprends. Chacun est libre de raconter n’importe quoi.

Je ne sais pas s’il tient compte de l’avis des nombreux Gabonais qui vivent dans ce pays de l’Afrique centrale ? Ou s’il pense vraiment que l’avenir du Gabon devrait se jouer au Parlement Européen ? Le Gabon est souverain et Mr Jo Leinen est libre de saisir qui il veut.

Par O. Adama
chef du service communication
23 BP 4466 Abidjan
tel: +225 23001710
mail: secretariat@parlementafricain.org

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz