Gabon : Le projet de loi de la dépénalisation des délits de presse en cours d’examen – 04/05/2015

 Denise Mekam’ne, ministre gabonaise de la Communication, des Relations avec les Institutions Constitutionnelles, Porte-parole du Gouvernement | DR
Denise Mekam’ne, ministre gabonaise de la Communication, des Relations avec les Institutions Constitutionnelles, Porte-parole du Gouvernement | DR

Le projet de loi relatif à l’exercice de la liberté de la communication au Gabon est en cours d’examen au gouvernement, a annoncé, dimanche à Libreville, la ministre gabonaise de la Communication, des Relations avec les Institutions Constitutionnelles, Porte-parole du Gouvernement, Mme Denise Mekam’ne, dans une déclaration radiotélévisée, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de presse.

”L’originalité que renferme ce projet de loi réside dans l’insertion du principe de dépénalisation des délits de presse”, a-t-elle dit, soulignant que ”la prise en compte de la presse en ligne dans la future législation ne demeure pas moins une innovation majeure et incontestable”.

Examiné sous la direction du Premier ministre, chef du gouvernement, le Pr Daniel Ona Ondo, avant sa transmission au Parlement, le projet de loi a été élaboré à  partir des conclusions des Etats généraux de la Communication au Gabon.

Ces assises tenues en décembre dernier à  Libreville ont permis ”une large réflexion sur les enjeux et les perspectives de la communication au Gabon, en vue d’améliorer le cadre d’exercice des métiers de la communication”, a affirmé Mme Mekam’ne.

Elle a plaidé pour une meilleure approche genre dans le domaine de la communication, conforme aux ”recommandations du 20ème anniversaire du programme d’action et de la déclaration de Vichy qui vise à  donner plus de pouvoir aux femmes et prioritairement dans la gouvernance des médias”.

”La célébration de cette journée en adéquation avec le thème proposé par l’UNESCO devrait-elle nous conduire à  murir et à  enrichir notre réflexion sur la promotion et la participation de la femme gabonaise à  la direction et à  la prise de décision dans les médias”, a-t-elle conclu.

La journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée le 3 mai de chaque année, à  l’initiative de l’Assemblée générale des Nations unies, notamment pour marquer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évaluer à  travers le monde la liberté de la presse, défendre l’indépendance des médias.

Cette année, l’UNESCO a placé l’évènement sous le thème: ”Laisser le journalisme prospérer vers une meilleure couverture de l’information, l’égalité des genres et la sécurité des médias à  l’heure du numérique”.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz