Gabon – Crise postélectorale : le rapport de l’Union européenne met en doute l’élection d’ Ali Bongo

Ali Bongo | Ph. © STRINGER/REUTERS

La victoire de l’actuel président est désormais entre parenthèse, selon les termes des observateurs de l’UE. Le pouvoir minimise les conclusions du travail de 73 observateurs.

Longtemps attendu et plusieurs fois reporté, le rapport du groupe des observateurs a finalement été rendu public à Libreville par les parlementaires européens. Les 65 pages des observations sur le déroulement de la dernière présidentielle au Gabon, portent sur 10% des bureaux de vote. En conclusion, le vote d’Ali Bongo est douteux.

Jean Ping et le rapport

C’est presque un soulagement pour le candidat malheureux qui rêve d’obtenir gain de cause pour ce qu’il appelle toujours ‘’ma victoire volée’’. Dans les travaux effectués sur 21 bureaux de vote dont celui de la province du Haut Ogooué où le candidat du Parti démocratique gabonais au pouvoir depuis 1967, le président actuel a obtenu plus de 95%. Dans le rapport au chapitre des couacs « Ces anomalies mettent en en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final des élections». Apres donc trois mois d’hibernation entre Libreville et Bruxelles, les travaux donnent du soulagement à l’ancien président de la commission de l’Union africaine toujours égal à lui-même, c’est-à-dire, toujours confiant que force reviendra au choix du peuple qui l’a élu. Le candidat Ping a lâché éclaté sa satisfaction « ce rapport démontre de manière incontestable que c’est moi qui suit le vainqueur de l’élection présidentielle ».

Le pouvoir est amusé

Du côté du gouvernement, l’on se moque même du travail d’observation des députés européens. Le pouvoir ne fait pas confiance à l’impartialité de la commission qu’il a bien pris le  soin de convier pour voir comment il va terrasser l’opposition. Malheureusement les résultats trop serrés montrent que Libreville n’est pas dans les meilleurs draps : 49,80% pour Ali Bongo (soit 177 722 voix) et 48,23% pour jean Ping (soit 172 128 voix).

Le pouvoir a surfé sur le fait que le rapport n’est pas contraignant. Le ministre de la communication a même un ton moqueur « Eh bien qu’il aille prêter serment et qu’il devienne président si ça peut lui faire du bien de se satisfaire moralement de quelque chose qui n’est pas écrit dans un rapport » a déclaré Alain-Claude Bilié Bye Nzé.

Et puis après.

L’homme qui est en embuscade pour occuper le palais de bord de mer a ajoute que « Nous attendons que la communauté internationale et notamment, l’union africaine, l’union européenne et les Nations unies, quelles tirent les conclusions » car le rapport ne précise pas qu’il va occuper le palais.

On attend de voir. Mais pour le député européen Jo Leinen, a toujours cru qu’Ali Bongo n’a pas été élu, selon ses propres termes, « Nous allons demander à l’UE de déclencher l’article 96 de l’accord de Cotonou sur les restrictions de voyage des proches du président, eux qui ont des biens mal acquis ».

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Gabon – Crise postélectorale : le rapport de l’Union européenne met en doute l’élection d’ Ali Bongo"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lef@bs

c normal vous vous attendiez a quoi?
Pourquoi ils n publient pas pour le Cameroun ?

wpDiscuz