Frontière Cameroun – Nigeria : des opportunités à exploiter

Des opportunités à exploiter à la frontière Cameroun – Nigeria | Ph. © CT

Dans la perspective de l’après Boko Haram, les deux pays s’attèlent à densifier leur coopération transfrontalière.

Le trafic transfrontalier entre le Cameroun et le Nigeria quelque peu plombé, ces dernières années, à cause d’une part du piteux état des corridors transfrontaliers et d’autre part par les exactions du groupe terroriste Boko Haram est en regain de dynamisme. La réduction substantielle des capacités opérationnelles des combattants de la nébuleuse obtenue grâce à la synergie d’actions entre les forces de défense et de sécurité de deux pays, appuyées par la Force Mixte multinationale, a conduit les autorités de deux pays à relancer les échanges commerciaux, notamment sur le corridor Gambaru-Ngala-Kousseri, pour le bonheur des commerçants.

Cette reprise est matérialisée par l’ouverture du poste de douane de Fotokol avec à la clé la circulation des marchandises sur l’axe Gambaru-Ngala-Fotokol-Kousseri. La reprise des activités de part et d’autre de cette partie de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria est ainsi un bon signe pour la circulation des hommes et des biens. Attendue également, la réouverture imminente de l’axe Amchide-Banki-Maiduguri avec pour corollaire la remise en service des postes de douane de Limani et de Kolofata dont la fermeture a entraîné d’importants trous dans les caisses de l’Etat camerounais.

Le resserrement des liens bilatéraux, matérialisé récemment par l’échange de visites officielles entre les deux chefs d’État postule que les deux pays sont désormais engagés à faire de leur frontière commune, une zone porteuse de nombreuses opportunités pour le bien-être de leurs populations liées à la fois par l’histoire et la géographie. Il en ainsi de la route Mamfé-Enugu dont la réalisation ont un effet multiplicateur sur le trafic entre le Nigeria et le Cameroun. Même si pour le moment, les données des échanges commerciaux ne sont pas disponibles, l’aménagement de cette importante section de la transfrontalière Bamenda-Enugu a visiblement boosté les échanges commerciaux dans cette partie de la frontière terrestre entre les deux Etats voisins.

Cette réalisation est le début de la matérialisation de la Transafricaine Lagos-Mombassa qui s’intègre bien dans l’ambitieux programme de corridors routiers conçus par l’Union africaine (UA) en vue de parvenir à l’intégration économique du continent. Bien plus que les deux pays voisins, ce corridor constitue, par ailleurs, un pont entre les deux grandes zones économiques, la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) porteuse d’un marché de consommateurs de 300 millions d’habitants et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Source : © Cameroon Tribune

Par Grégoire DJARMAILA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz