France – Presse : Charlie Hebdo persiste avec Mahomet en une d’un numéro post-attentat – 14/01/2015

Mahomet en une du «Charlie Hebdo» de mercredi
Mahomet en une du «Charlie Hebdo» de mercredi

Charlie Hebdo a justifié son choix de mettre en une mercredi un dessin de Mahomet, un “bonhomme qui pleure, vachement plus sympa que celui brandi” par les tueurs, un numéro post-attentat tiré à 3 millions d’exemplaires et vendu dans une vingtaine de pays.

Une semaine après la fusillade qui a décimé sa rédaction, le journal satirique, cible des islamistes pour avoir caricaturé le prophète, a dessiné en une un Mahomet en pleurs, qui proclame “Je suis Charlie”, le slogan des manifestants de dimanche pour la liberté d’expression.

Au-dessus de ce croquis de Luz sur fond vert, la couleur de l’islam, le titre : “Tout est pardonné”. Des mots qui tranchent avec la veine souvent féroce du journal, après les attentats qui ont fait 17 morts, dont les dessinateurs Cabu, Charb, Wolinski, Tignous et Honoré.

Cette une, reproduite mardi par des médias du monde entier, a déclenché une mise en garde des autorités musulmanes en Egypte et un appel au calme des responsables musulmans en France.

Interrogé sur les possibles réactions hostiles, le dessinateur Luz a dit mardi n’avoir “aucune inquiétude” “car je pense que les gens sont intelligents”. “Ceux qui ont commis cet attentat manquent d’humour et de second degré”, selon lui.

“On a souvent écrit, Charlie Hebdo, quelque part ils l’ont bien mérité. Or la liberté d’expression, ce n’est pas avec un +mais+.”, a-t-il lancé.

La une de Charlie Hebdo n’a pas été montrée par les grands médias des pays musulmans, ni par certains médias d’Afrique ou d’Asie, en raison de l’interdit de l’islam de représenter Mahomet.

En Grande-Bretagne, The Independent est le seul des grands journaux à la publier dans sa version papier. La prudence était encore plus grande aux Etats-Unis, où les télévisions ont évité de la montrer. Le site du New York Times s’est contenté d’un lien vers le site de Libération, qui publie le dessin.

En France, anticipant des réactions hostiles à cette nouvelle caricature du prophète, les responsables de l’islam de France ont appelé mardi au calme une opinion musulmane sous tension.

Il faut “garder son calme en évitant les réactions émotives ou incongrues incompatibles” avec la “dignité” et la “réserve”, tout “en respectant la liberté d’opinion”, ont souligné le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).

A l’étranger, cette couverture a déclenché la colère de l’autorité musulmane égyptienne qui a “mis en garde” contre ce dessin, y voyant “une provocation injustifiée pour les sentiments d’1,5 milliard de musulmans à travers le monde”.

– Traduit en 5 langues –

Ce numéro sera tiré à 3 millions d’exemplaires – un record pour la presse française – contre 60.000 habituellement, dont 300.000 vendus dans une vingtaine de pays, sans oublier des versions numériques en espagnol, arabe et anglais.

Il comprend seize pages avec un éditorial en faveur de la laïcité et de nombreux dessins, notamment ceux de trois des caricaturistes assassinés Wolinski, Cabu et Charb.

Il sera aussi publié en version papier en italien et en turc et a fait l’objet d’accords de distribution en Italie avec le journal Il Fatto Quotidiano et en Turquie avec le quotidien Cumhuriyet, selon le rédacteur en chef de l’hebdomadaire Gérard Biard.

L’avocat du journal, Richard Malka avait rappelé lundi que les dessins de Mahomet et autres autorités religieuses étaient habituels dans le journal depuis des années.

“On ne cédera rien, sinon tout ça n’aura pas eu de sens. L’état d’esprit +Je suis Charlie+” cela veut dire aussi le “droit au blasphème”, avait averti Me Malka, qui a réfuté avec virulence toute accusation d’islamophobie.

Les MLP (Messageries lyonnaises de presse), le distributeur du journal, ont reçu des avalanches de demandes — mairies, entreprises, salles de spectacles….

A Paris, de nombreux kiosquiers ont reçu des demandes massives des particuliers, et croulaient sous les réservations, du jamais vu. Le quotidien Libération a couvert sa une de mercredi du Mahomet de Charlie tandis que les Inrocks ont dessiné eux-aussi un Mahomet en larmes.

Pour le premier million d’exemplaires, toute la recette ira au journal, le réseau de distribution ayant accepté de travailler gratuitement. Charlie Hebdo a également reçu près d’un million d’euros de dons, selon les derniers chiffres de la collecte lancée après l’attentat

En février 2006, Charlie Hebdo, avait comme plusieurs journaux européens repris 12 caricatures de Mahomet publiées par le quotidien danois Jyllands-Posten, qui avaient suscité des manifestations violentes dans le monde musulman.

Par © AFP