France – Manifestations violentes contre la loi du travail : un lycéen tabassé

Manifestations violentes contre la loi du travail | © AFP / ERIC FEFERBERG
Manifestations violentes contre la loi du travail | © AFP / ERIC FEFERBERG

La manifestation de plusieurs milliers d’étudiants et salariés contre la réforme du droit et du travail a été émaillée d’incidents, hier jeudi 24 mars. Mais alors que plusieurs dizaines de manifestants ont été arrêtés pour des comportements violents, une vidéo est largement partagée sur la toile. Filmée à côté du lycée Henri-Bergson, la scène, postée durant la matinée, montre un jeune homme frappé au visage par un policier durant une interpellation. En sang, le garçon est ensuite maintenu au sol par plusieurs agents tandis que la foule est tenue à l’écart par d’autres policiers. Assez violente, la vidéo a été partagée plusieurs fois par les jeunes internautes. L’inspection générale de la police nationale (IGPN), a ouvert une enquête.

Les manifestations contre le projet de loi travail, présenté en Conseil des ministres, ont rassemblé hier plusieurs milliers de jeunes et salariés en France, dégénérant en violences notamment à Nantes et à Paris, où plus de vingt personnes ont été interpellées.

Contre le texte de Myriam El Khomri, jugé trop favorable au patronat, de nouveaux défilés avaient lieu à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Grenoble ou encore Besançon, à l’appel de sept syndicats et organisations de jeunes (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl). Toutefois, la mobilisation semblait moins importante que la semaine dernière.

À Paris, la manifestation a dégénéré, avec deux voitures incendiées et 15 personnes interpellées en marge du cortège, selon les informations parvenues à CAMERPOST. Deux policiers ont également été blessés.

Contacté par les confrères de France télévisions, le jeune manifestant a donné sa version des faits : « On lançait des œufs et de la farine, et ensuite, les policiers se sont mis à nous courir après, affirme-t-il. Ils m’ont mis les menottes et m’ont dit que ce n’était pas fini, que je verrai au commissariat. » Après avoir été fouillé et pris en charge par un policier plus « gentil », selon ses mots, l’adolescent est rapidement relâché.

Le lycéen a témoigné dans différents médias ce matin, disant ressentir un sentiment d’injustice.

Le préfet de police de Paris Michel Cadot, s’est dit aujourd’hui choqué par la vidéo qui a circulé la veille sur les réseaux sociaux montrant un policier frappant un jeune en marge des manifestations contre la loi travail.  Toujours selon le préfet de police, « Il y a eu sans doute de la part de ces lycéens des provocations mais qui ne justifient pas que les forces de l’ordre ne contrôlent pas leur comportement dans l’action, c’est ce qui rend aussi difficile le métier de policier ». Ce dernier s’est toutefois dit « très satisfait d’une manière générale » de l’ensemble des services de police qui encadrent les manifestations.

© CAMERPOST par Eliane Ndounkeu

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz