France – Insolite : Elle retrouve son chien volé grâce à Facebook – 19/05/2015

 Séti, 8 ans, avait été volé dans une supérette parisienne. Il se repose chez lui | Capture d'écran
Séti, 8 ans, avait été volé dans une supérette parisienne. Il se repose chez lui | Capture d’écran

Séti, 8 ans, avait été volé dans une supérette parisienne. L’entêtement de ses maîtres et la mobilisation de la toile ont permis de le retrouver en trois jours.

C’est un bon côté des réseaux sociaux, loin des tombereaux d’insultes qui se déversent parfois dans cet univers anonyme. Un couple de Parisiens a pu retrouver son chien grâce à la mobilisation du quartier et de la toile, révèle France 3 Ile-de-France.

Mercredi, vers 19 heures, Amandine entre dans une supérette de la rue Alibert (Paris Xe) pour faire ses courses. Les chiens étant interdits dans les commerces alimentaires, elle accroche la laisse de Séti, jack russel de 8 ans qui la suit partout depuis sa naissance, au garde-corps qui borde le rayon fruits et légumes à l’entrée. Quelques minutes plus tard, l’animal a disparu.

La jeune femme obtient du magasin de regarder les bandes de vidéosurveillance. Séti ne s’est pas enfui, il a été chapardé. A l’image, on aperçoit une femme, seule, calme, vêtue d’une robe à fleurs. On la voit passer devant le magasin. Elle remarque le chien et s’arrête à côté de la porte. Sa silhouette apparaît distinctement derrière un panneau sérigraphié. Elle fixe le chien pendant près de 20 secondes, fait un pas de côté, puis, au bout de quelques autres secondes, entre dans le magasin à pas lents, tête penchée, attrape la poignée de la laisse, tourne les talons et quitte l’enseigne rapidement.

Avec son téléphone, Amandine enregistre la vidéo, qu’elle met rapidement en ligne sur Facebook, sur une page dédiée intitulée « Chien volé – retrouvons Séti ». Comme les commerçants du quartier, la toile se mobilise. Des propriétaires de jack russel et d’autres races promettent, dans différents quartiers de la capitale, d’enquêter eux aussi pendant la promenade quotidienne de leur animal de compagnie. La dame ne pourra pas laisser le chien enfermé, elle va nécessairement le sortir pour qu’il fasse ses besoins, pensent-ils tous.

Très inquiets à l’idée que leur animal soit maltraité, Amandine et son compagnon, leurs amis, des commerçants, des policiers, arpentent tout le quartier, dans le même but. Vendredi à 10h30, le chien semble avoir été repéré dans le XIXe arrondissement, par un internaute qui connaît une dame « originale » vivant dans le quartier Crimée entourée de beaucoup d’animaux. Fausse piste. A 12h30, Amandine avertit la toile que son chien a été retrouvé dans un autre arrondissement. «On a retrouvé Séti !!!!! Et identifié la voleuse … Grâce à vous, elle a eu peur et l’a ramené au commissariat !!!» écrit la jeune femme. Avant de préciser un peu plus tard : «La femme chez qui nous sommes allés le chercher correspond trait pour trait à celle qui l’a enlevé. Ce n’est pas celle du 19eme qui avait potentiellement été identifiée, et il ne semblait pas y avoir d’autres animaux chez elle.»

«Une femme est allée dans un commissariat en disant qu’elle avait trouvé un chien dans la rue, raconte Amandine au Parisien.fr. Le centre d’identification canine m’a appelée, c’était bien Séti». En arrivant chez la dame, Amandine reconnaît la femme de la bande vidéo. Mais tout à la joie de retrouver leur chien, et remarquant une certaine fragilité chez cette femme, ni Amandine ni son compagnon n’ont posé de question. «Facebook ne m’a pas aidé à retrouver mon chien mais m’a grandement aidée, moralement. Des gens sont allés vérifier des fausses pistes après s’être connectés à la page. Mais des commerçants et les policiers se sont aussi donnés du mal», insiste-t-elle, soucieuse de remercier les bonnes âmes qui se sont mobilisées.

Comme Séti ne voulait plus quitter sa maisn, traumatisé par cette fugue involontaire, ses maîtres ont passé le week-end à le dorloter et le rassurer. «Il est allongé au soleil en train de roupiller, un jouet coincé sous la patte. Il va bien», s’amuse sa maîtresse, soulagée.

Source : © Le Parisien.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz