France : Un millier de Camerounais fut du débarquement en Provence – 18/08/2014

Ils avaient pris part à l’expédition qui permit à la France de recouvrer l’intégrité de son territoire en 1944.

Photo prise en août 1944 de troupes alliés débarquant à Saint-Tropez. Le 15 août 1944, 70 jours après le débarquement en Normandie, les troupes alliées prennent pied sur les côtes de Provence avec l'opération "Dragoon"  OFF
Photo prise en août 1944 de troupes alliés débarquant à Saint-Tropez. Le 15 août 1944, 70 jours après le débarquement en Normandie, les troupes alliées prennent pied sur les côtes de Provence avec l’opération “Dragoon” OFF

Ils étaient environ 30 000 soldats africains communément appelés « fantassins » ou « tirailleurs sénégalais » qui ont combattu aux côtés de la France libre sur les quelques 400 000 soldats qui ont pris part à cette bataille. Parmi eux, un millier de Camerounais qui ont été de l’expédition de Provence. Mais il faut dire que les autorités françaises présentes au Cameroun à cette époque, c’est-à-dire en 1940 sont pro vichystes, du régime de Vichy alors installé en France et qui avait signé l’armistice en faveur de l’Allemagne. Il faut l’arrivée par bateau du capitaine Philippe de Hauteclocque, qui sera plus tard connu sous l’appellation du commandant Leclerc pour procéder à ce qui est alors appelé le ralliement de l’Afrique équatoriale française, dont le Cameroun. Leclerc débarque à Douala dans la nuit du 26 au 27 août 1940 avec une vingtaine de ses compagnons. Dès ce moment, les autorités pro vichystes peuvent s’effacer. C’est  lui qui conduit la fameuse 2e division blindée Leclerc qui passera par le Tchad avec le millier d’hommes trouvé au Cameroun. Le Cameroun allait par ailleurs servir de base à l’officier français pour attaquer la Libye sous la domination de Mussolini.

Le nombre de participants à l’expédition qui avait eu pour point de départ le Cameroun ira croissant, au fur et à mesure que seront franchis les autres pays jusqu’au sud de la France. Très peu de ceux qui ont pris part à l’expédition en sortirent vivants. Les historiens parlent de quelques 700 morts dans les rangs du millier de Camerounais qui était engagés aux côtés de Leclerc pour cette bataille. Ainsi, comme la plupart des Africains engagés dans cette bataille pour la libération de la France, c’est parfois jusqu’au sacrifice suprême que des centaines de Camerounais ont payé de leur vie pour que l’Hexagone soit aujourd’hui un pays libre. Ils furent très peu nombreux qui revinrent de cette expédition, parfois victimes de la guerre, mais aussi de la rudesse du climat auquel ils n’étaient pas toujours habitués jusque-là.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz