France – COP21 : Le Président camerounais, Paul BIYA, à Paris

Arrivée du couple présidentiel camerounais à Paris | © PRC
Arrivée du couple présidentiel camerounais à Paris | © PRC

Le Président de la République du Cameroun, Paul BIYA, est arrivé à Paris ce samedi, 28 novembre 2015, en début de soirée, accompagné de son Epouse, Mme Chantal BIYA, pour prendre part à la Rencontre de Haut Niveau des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la 21ème Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21), prévue dans la capitale française le 30 novembre 2015.

Le Couple présidentiel a été accueilli à l’Aéroport d’Orly par le Chargé d’affaires a.i. de l’Ambassade du Cameroun en France, Jean Joseph ATANGANA, les membres de la Suite Officielle, le personnel de l’Ambassade du Cameroun en France, le Président de la section RDPC France-Nord et des officiels français.

Comme tous les autres 150 Chefs d’Etat et de Gouvernement attendus à ce grand événement diplomatique sur le climat, le Chef de l’Etat camerounais sera officiellement accueilli, le lundi 30 novembre 2015 au Centre de conférence de Paris-Le Bourget, par le Président de la République française, S.E. François HOLLANDE, et le Secrétaire Général de l’ONU, M. BAN KI-MOON, lors de l’ouverture de la COP21.

La participation du Président Paul BIYA à la COP21 traduit l’engagement constant du Cameroun dans la lutte contre les changements climatiques. Sa prise de parole, très attendue, dans l’après-midi du lundi 30 novembre 2015, sera sans doute une occasion pour le Chef de l’Etat de réitérer la position du Cameroun sur cette question qui met en jeu la survie de l’espèce humaine.

Le Président Paul BIYA a toujours plaidé pour une mobilisation générale et urgente de tous et de chacun face aux conséquences néfastes du réchauffement climatique. Il est en effet convaincu que le caractère global des changements climatiques requiert des solutions elles aussi globales.

Dans sa Contribution qui sera présentée à la COP 21, le Cameroun s’engage à réduire de 32% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2035. Pour parvenir à ce résultat, qui représente un effort significatif pour un pays dont les émissions sont insignifiantes à l’échelon international, le Cameroun compte sur le soutien de la communauté internationale sous forme de financement, de renforcement des capacités et de transfert de technologies pouvant à la fois favoriser le développement et sauvegarder l’environnement. Car pour le Chef de l’Etat, la lutte contre les changements climatiques doit être compatible avec les exigences du développement des pays du Sud.

Source : © PRC