France – 38e session de l’UNESCO : Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, à Paris

Arrivée à Paris de Paul et Chantal Biya en marge à la 38e session de l’UNESCO | © PRC
Arrivée à Paris de Paul et Chantal Biya en marge à la 38e session de l’UNESCO | © PRC

Le président Paul Biya prend part dès aujourd’hui à la 38e session de la conférence générale de l’UNESCO.

La chaleur de l’accueil réservé par les militantes et les militants des sections RDPC de France Nord et France Sud conduits par les responsables fraichement élus, au couple présidentiel à son arrivée hier à 18H15 a réchauffé la brise, déjà hivernale, soufflant sur l’esplanade de l’aéroport d’Orly. Les applaudissements en l’honneur du chef de l’Etat et de Mme Chantal Biya ont exprimé cet élan des cœurs. Le président Paul Biya et son épouse ont répondu aussi avec chaleur à ces ovations.  Le chargé d’affaires a.i. Jean Joseph Atangana, était au bas de la passerelle de l’avion spécialement affrété.  Deux jeunes ont offert des bouquets de fleurs au chef de l’Etat et à son épouse. Dans le hall du pavillon d’honneur, le couple présidentiel a salué les corps constitués.  Le cortège présidentiel s’est alors ébranlé vers l’hôtel Le Meurice.

La participation du président de la République et de Mme Chantal Biya à la 38esession de l’assemblée générale de l’UNESCO couplée avec la célébration du 7Oe anniversaire de cette institution onusienne est l’une des traductions concrètes de la coopération intense avec le Cameroun ainsi celle d’une amitié fidèle entre les leaders. Les directeurs généraux de l’UNESCO sont tous venus au Cameroun en visite officielle : Amadou Mathar M’bow du 23 au 29 juillet 1980 ; Federico Mayor Zaragoza, 30-31 janvier et 1er février 1991 ; Koïchiro Matsuura, 17-19 janvier 2004 et 9-10 janvier 2009 ; Mme Irina Bokova, actuelle directrice générale, les 15 et 16 septembre 2014.  Le président Paul Biya a effectué la première visite d’un chef d’Etat camerounais au siège de l’UNESCO à Paris le 23 octobre 2007, dans le cadre de la 34e session de l’assemblée générale. En février 2013, lors d’une visite de travail en France, le président Paul Biya a reçu en audience Mme Irina Bokova. Celle-ci avait alors annoncé à cette occasion l’ouverture du bureau sous-régional multisectoriel de l’UNESCO à Yaoundé. Le Cameroun participe activement à la vie de l’UNESCO en s’acquittant à temps de ses obligations financières. En e ces temps difficiles pour boucler le budget de l’organisation, il participe souvent aux contributions volontaires, à l’instar des fonds qu’il a débloqués pour la réfection de la salle du Conseil exécutif qui sera ouverte aux illustres hôtes. La coopération et l’amitié entre le Cameroun et l’UNESCO sont aussi soutenues par l’action de Mme Chantal Biya, en sa qualité d’Ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNESCO pour l’éducation et l’inclusion sociale des personnes vulnérables et des minorités et de sa contribution à la promotion des idéaux de l’institution onusienne.

Selon des sources dignes de foi, le président Paul Biya prendra la parole aujourd’hui au cours des travaux du forum des dirigeants de la 38e session de la conférence générale de l’UNESCO. Cette tribune pourrait alors lui donner l’occasion, l’actualité aussi, de plaider pour la paix à laquelle le Cameroun est particulièrement attachée, la paix qui est menacée ou bafouée par les tensions, les conflits à travers le monde, les attentats terroristes et les exactions perpétrés par Boko Haram dont le Cameroun est victime, ainsi que d’autres états comme le Tchad, le Niger,  le Nigeria où est basée cette nébuleuse terroriste ; il pourrait aussi plaider pour la lutte contre l’insécurité provoquée par les bandes armées étrangères à cause de l’instabilité en Centrafrique. A menace globale, il faut une riposte globale, a-t-il déjà dit et répété à Yaoundé et devant d’autres tribunes.  Pour l’UNESCO dont la directrice générale voit en Paul Biya un sage d’Afrique, la présence du chef de l’Etat est un soutien de taille pour des valeurs et des idéaux partagés, pour parler aux hommes dont les cœurs et les esprits sont les théâtres de la naissance de la haine secrétant la guerre ou de la tolérance source de paix.

Source : © Cameroon Tribune

Envoyé spécial à Paris ESSAMA ESSOMBA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz