Football: La Fifa suspend le Cameroun

L’instance faîtière du football mondial évoque l’ingérence politique.

fecafootLa nouvelle est tombée le 04 juillet dernier dans l’après-midi. Dans un communiqué adressé à Tombi à Roko Sidiki qu’il considère encore comme secrétaire général de la Fédération camerounaise de football(Fecafoot), Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa rend public la décision prise par le comité d’urgence de suspendre le Cameroun de toutes ses compétitions.

Le communiqué est sans ambigüité : « le comité d’urgence a pris connaissance de l’occupation des locaux de la Fecafoot par les forces de l’ordre qui ont ainsi pris fait et cause unilatéralement pour une des parties à la situation. Il a estimé que cette action constituait une ingérence manifeste dans les affaires internes de la Fecafoot en violation des statuts de la Fifa qui obligent les associations membres à gérer leurs affaires de façon indépendante et sans ingérence d’aucun tiers ».

Le communiqué de la Fifa précise que « la suspension de la Fecafoot signifie qu’aucun de ses membres, équipes, officiels et autres représentants ne pourra avoir de relations sportives avec d’autres membres de la Fifa et de la Caf, ni même des matchs amicaux, tant pour les clubs que pour les équipes nationales ».

Pour sortir de la crise, la Fifa propose une période transitoire qui sera gérée par une structure indépendante. Il s’agit notamment d’ « un comité de normalisation qui sera constitué en vertu de l’article 7, alinéa 2 des statuts de la Fifa afin de réviser les statuts de la Fecafoot et d’organiser de nouvelles élections d’ici au 31 mars 2014 tout en gérant les affaires courantes. L’administration de la Fifa de concert avec la Caf sera chargée d’identifier et de désigner les membres du comité de normalisation ».

Le communiqué ajoute : « Le comité de normalisation fonctionnera comme une commission électorale dont les décisions seront définitives et contraignantes. Ses membres ne seront éligibles pour aucun des postes à pouvoir ».

C’est donc une sanction dure surtout dans un pays où le football est roi. Pour l’instant, les autorités camerounaises n’ont pas encore réagit, mais dans les rues des principales villes du pays, les voix s’élèvent pour dénoncer ce qu’on considère ici ni plus ni moins, comme un chantage de la part de la Fifa.