Financement des projets structurants : l’Etat à besoin de 10 milliards de Fcfa

L’opération  sera conduite par la Direction Générale du Trésor. Il sera question de lever d’ici le 4 septembre 2013, la somme de 10 milliards de Fcfa, à travers  des obligations du trésor assimilables (Ota) par voie d’adjudication.

La répartition de ces fonds prévoit une enveloppe de 7 milliards de Fcfa pour le financement des travaux du barrage Hydroélectrique de Lom pangar. Celui de  Mékin dans la région du Sud Cameroun se voit alloué un enveloppe de 2,5 milliards de Fcfa. 700 millions sont destinés à la route Yaoundé-Okola-Evodoula. De source bien introduite, il  s’agit d’apporter des financements additionnels à la réalisation des projets structurants. Cette option choisie par le gouvernement de financer ses projets en recourant aux ressources internes.  Devient incontournable, dans un contexte international marqué par la frilosité des marchés et les exigences irréalistes des bayeurs de fonds. L’argent ainsi récolté est destiné au financement des projets d’investissement tels que prévus dans le document de stratégie pour la croissance et l’emploi(DSCE). Cette année, la loi des finances autorise l’émission des titres du trésor d’un montant de 250 milliards de Fcfa. Soit 150 milliards de Fcfa en bon du trésor et 100 milliards de Fcfa en obligations du trésor. Pour le premier semestre de l’exercice en cour, 55 milliards de Fcfa ont été mobilisé respectivement 35 milliards de Fcfa en bon du trésor assimilables et 20  milliards de Fcfa en obligations du trésor assimilables. Les secteurs prioritaires concernés par cette enveloppe sont : les projets routiers, les grands projets agricoles, l’eau et l’énergie, les ouvrages d’art…

Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz