Banque mondiale : Révision du cadre de partenariat avec le Cameroun 

Siège de la Banque Mondiale. | Illustration/DR
Siège de la Banque Mondiale. | Illustration/DR

La Banque mondiale (BM) conduit actuellement des consultations auprès des représentants du gouvernement et de la société civile du Cameroun en vue de l’élaboration d’une nouvelle forme de partenariat pour les cinq prochaines années, a-t-on appris, samedi, auprès du bureau de cette institution financière à Yaoundé.

Destinées à nourrir le contenu d’un diagnostic général national dans le cadre de l’évaluation des difficultés de la lutte contre la pauvreté ainsi que les opportunités pour y remédier, les consultations, dont une première série a eu lieu autour de rencontres physiques sur deux sites, se déroulent également à travers les médias sociaux avec pour objectif de permettre aux parties prenantes de faire connaître leurs priorités de développement.

Leur première phase, qui concerne les représentants du gouvernement, de la société civile, les jeunes, le secteur privé, le milieu universitaire et les partenaires de développement, concerne le diagnostic-pays systématique (SCD).

Celui-ci est destiné à stimuler des échanges ouverts et tournés vers l’avenir avec un accent particulier sur les plans de développement nationaux et sur le portefeuille de projets actuellement financés par la BM.

Il s’agit, apprend-on, d’établir une évaluation actualisée et empirique des difficultés qu’un pays doit résoudre, mais aussi des possibilités qui s’offrent à lui afin d’accélérer ses progrès en direction du double objectif d’élimination de l’extrême pauvreté et de partage de la prospérité, selon une trajectoire durable sur le plan environnemental, social et budgétaire.

Le SCD rend compte des travaux d’analyse entrepris récemment par la BM, convoque d’autres sources extérieures et se focalise sur les difficultés capitales auxquelles se heurte le Cameroun pour parvenir à atteindre le ‘’double objectif’.

Cette étape sera suivie, début 2016, de l’élaboration d’un cadre de partenariat (CPF) avec le Cameroun pour la période 2016-2020, de manière à appuyer les priorités de développement du pays telles que spécifiées dans le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE) ainsi que le ‘’double objectif” global de l’institution financière internationale.

Le nouveau cadre de partenariat, qui associera les stratégies des 3 institutions du Groupe (la BM, la Société financière internationale –IFC- et l’Agence multilatérale de garantie des investissements -MIGA-), fera l’objet de discussions multiples avec les autorités, avant d’être soumis au conseil des administrateurs de la BM en avril prochain.

Selon les statistiques disponibles, le portefeuille du Groupe de la BM au Cameroun s’élève à 1,2 milliard de dollars pour l’exercice 2015. Il est composé de 23 projets dont 12 nationaux, six régionaux et cinq fonds fiduciaires dans les domaines de l’agriculture, de l’assainissement, de l’eau, de l’éducation, de l’énergie, de la santé et du transport.

De même, en novembre de l’année finissante, l’IFC comptait 7 projets en préparation pour un volume estimé à 258,7 millions de dollars.

En outre, la MIGA soutient des investissements dans trois projets d’électricité et un projet de télécommunications, des investissements devant permettre de mieux répondre à la demande croissante d’électricité, mais aussi d’améliorer l’efficacité et le fonctionnement dudit secteur.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz