FIFAS 2015 : Trois jours de riches expériences partagées, selon les organisateurs – 19/06/2015

Les membres de l'organisation | © CamerPost / FWB
Les membres de l’organisation | © CamerPost / FWB

Mme Fatoumata Sakande-Cissé Directrice Générale de BNI (Banque nationale d’investissement) Gestion a présidé, mercredi, les travaux de la cérémonie de clôture de la deuxième édition du Forum international de la finance en Afrique Subsaharienne.

Pendant 3 jours, 350 experts des secteurs de la Banque, de la finance, de l’assurance et du secteur privé d’une vingtaine de pays de l’Afrique subsaharienne et d’Europe ont planché sur le thème ‘’créer un modèle financier africain”

‘’Durant ces jours, ces experts ont partagé leurs expériences autour de 9 panels qui ont suscité des débats intéressants et constructifs pour l’avenir de l’Afrique financière” a dit Mme Cissé dans son allocution de clôture, juste après le dernier panel portant sur ‘’la micro assurance comme moyen de facilitation de l’accès aux crédits”.

A ce propos, selon Saliou Bakayoko, directeur général de Le Millenium Assurances internationales (LMAI-Vie), la micro-assurance utilise le mécanisme de l’assurance et dont les bénéficiaires sont au moins en partie des personnes exclues des systèmes formels de protection sociale.

‘’L’adhésion n’est pas obligatoire (mais elle peut être automatique) et les adhérents contribuent, au moins partiellement, au financement des prestations” a précisé M. Bakayoko, relevant le ‘’faible taux de bancarisation, 12%” en Côte d’Ivoire.

Selon lui, la présence de la téléphonie mobile est un ‘’facteur encourageant pour la vulgarisation de la Micro-assurances” dans les foyers à condition, souligne-t-il, ‘’d’adapter le produit à la cible qui est à faible revenu”.

Co-organisé par le Cabinet FinAfrique, la Société de gestion d’actifs BNI (Banque nationale d’investissement) gestion et l’Agence de notation panafricaine Bloomfield investment Corporation, le FIFAS 2015 a réuni plusieurs participants. La première édition du FIFAS s’est tenue à Douala au Cameroun en 2013.

© CamerPost avec © APA