FIFA : Des scandales à répétition autour de la Démission de Sepp Blatter – 05/06/2015

Sepp Blatter lors de l'annonce de sa démission de la présidence de la FIFA mardi 2 juin | RUBEN SPRICH / © REUTERS
Sepp Blatter lors de l’annonce de sa démission de la présidence de la FIFA mardi 2 juin | RUBEN SPRICH / © REUTERS

ISL était la société qui gérait les droits de diffusion et de marketing de la Coupe du monde jusqu’à sa faillite en 2001.

En 2010, la justice suisse démontre que Joao Havelange, ex-président de la FIFA (1974-1998), et son ex-beau-fils Ricardo Teixeira, alors patron de la Fédération brésilienne, ont perçu des pots-de-vin en échange de contrats de droits TV. Une dizaine de responsables de la FIFA est également accusée. Mais la justice classe l’affaire.  L’enquête menée par la commission d’éthique de la FIFA dédouane Joseph Blatter.

2010 : Attribution du Mondial à la Russie et au Qatar

En novembre 2010, le Tahitien Reynald Temarii et le Nigérian Amos Adamu, membres du Comité exécutif, sont suspendus pour des soupçons de corruption dans la prochaine attribution des Mondiaux 2018 et 2022. En décembre 2010, la Russie (2018) et le Qatar (2022) sont désignés. Les médias anglais parlent de corruption. La FIFA nie avant que la nouvelle commission d’éthique n’ouvre une enquête, sous la houlette de Michael J. Garcia. Mais la FIFA estime que les manquements observés ne sont pas de nature à remettre en cause l’attribution des compétitions. Garcia dénonce une présentation erronée de son rapport et démissionne.

2012 : radiation de Bin Hammam

Rival de Sepp Blatter en 2011, l’homme d’affaires qatari Mohamed Bin Hammam, ex-président de la Confédération asiatique, est soupçonné par la FIFA d’avoir acheté des voix au sein de la Concacaf (confédération nord-américaine) dont le président Jack Warner, est également visé. Reconnu coupable, Bin Hammam est banni à vie. Le Tribunal arbitral du sport annule la sanction, mais il est radié à vie en 2012, pour des malversations. Warner, par ailleurs, accusé dans d’autres dossiers, prédit un « tsunami » s’il est mis en cause. En 2011, il démissionne et les charges contre lui sont abandonnées.

2014: Démantèlement d’un trafic de billets pour le Mondial

Pendant la coupe du monde au Brésil, un réseau international de vente frauduleuse de billets est démantelé. Au cœur de l’affaire notamment, la société Match Service, prestataire de la FIFA sur les coupes du monde. Match Service compte parmi ses actionnaires Infront Sports and Media, société gérée par Philippe Blatter, neveu du président de la FIFA.

2015 : le virement de dix millions $

Alors que la Fifa semblait tenir, malgré l’arrestation de quelques responsables, tout s’accélère avec ce transfert de dix millions de dollars (plus de 2 milliards F) par le Comité d’organisation du Mondial 2010 en Afrique du sud. Jérôme Valcke, le SG de la Fifa, est au cœur des accusations. L’instance affirme que cet argent était destiné au développement du football dans les Caraïbes. Fin 2006 déjà, Jérôme Valcke, alors directeur du marketing de la FIFA, est écarté après une affaire de contrat litigieux entre deux entreprises. Six mois plus tard, il est rappelé et nommé secrétaire général de la FIFA.

Source : © Cameroon Tribune

Par Josiane R. MATIA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz