Festival de Cannes 2014 : Le Cameroun joue sa partition – 21/05/2014

Un pavillon lui est dédié dans le village de la 67e  édition de cette grand’messe du cinéma.

C’est une grande première. Le Cameroun a un pavillon à Cannes. Situé entre l’Algérie et la Géorgie, il porte le numéro 106. Déco moderne, il a fière allure. Comme ce drapeau vert-rouge-jaune, qui nargue le vent, s’élevant haut pour être bien visible. Au village du festival, côté Riviera, c’est une curiosité pour les habitués du festival. Une fierté pour les cinéastes camerounais et africains qui défilent ici. Depuis, le 14 mai, le pavillon ne désemplit pas.

Chaque jour, il est investi par des distributeurs, réalisateurs en quête de sites de tournage,  comédiens, fans de Roger Milla, fans des Lions indomptables, célébrités américaines,  mannequins russes… On ne saurait ignorer le passage d’Eriq Ebouaney, l’acteur franco-camerounais ou celui de Nicole Slack Jones, chanteuse internationale dont le rêve est de venir tourner avec Beyonce au Cameroun ou encore celui de Franz Kennedy, le photographe attitré des stars black aux Etats-Unis.

Dimanche, 18 mai, tous les Camerounais présents au festival se sont mobilisés pour la grande opération de charme lancée par Justin Tousside, ancien cadre du service des marches du festival, qui a obtenu, de ses précédents boss, l’accord d’octroyer un pavillon au Cameroun. Il a donné une conférence de presse et des équipes des chaînes de télévision, Aitv, France Ô, Black Movies, Horyou Tv ont fait des tournages pour des documentaires.

L’objectif premier était de resituer la place du Cameroun au festival de Cannes. L’enjeu est majeur, à en croire Justin Tousside, puisque à partir de cet événement, toute l’industrie du cinéma du Cameroun doit prendre un nouveau départ. Quelques œuvres locales sont exposées ici. Le documentaire « Roger Milla », produit par Patou Films International de Jean Roke Patoudem, « L’appel » de Patricia Kwende, « Une feuille dans le vent » de Jean-Marie Teno. Le cinéma camerounais est également inscrit au marché du film. Blaise Pascal Tanguy est le seul producteur du pays à figurer dans l’annuaire des producteurs cette année. Le 20 mai, la fête nationale de l’Unité a été célébrée au pavillon Cameroun. A trois jours de la fin du festival, on peut dire que le Cameroun a marqué un grand coup. D’autres pays africains comme l’Ethiopie sont venus se renseigner sur la recette camerounaise.

Source : Cameroon Tribune

Par G-Laurentine EYEBE ASSIGA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz