Faits divers : Meurtre du Dr Gildo Byamungu en Rdc, la France demande justice

Faits divers : Meurtre du Dr Gildo Byamungu en Rdc, la France demande justice

L’assassinat du gynécologue Dr Gildo Byamungu en République Démocratique du Congo (Rdc) continue à faire des gorges chaudes. Pour la France qui condamne cet acte horrible, il est plus que jamais question de réclamer que justice soit faite. Focus sur les dernières nouvelles avec CAMERPOST.

Un fait divers qui scandalise la communauté internationale

Le pays de François Hollande ne parvient toujours pas à digérer le meurtre du Dr Gildo Byamungu. Au travers d’un communiqué porté à la connaissance de tous, la France appelle à faire toute la lumière sur cet assassinat afin que les auteurs répondent de leurs actes devant la justice.

En outre, à en croire l’Ambassade de France en République Démocratique du Congo, le médecin de regrettée mémoire « était engagé aux côtés du Dr Denis Mukwege au sein de son hôpital à Bukavu, qui apporte soins et soutien psychologique aux femmes victimes de violences sexuelles. Nous saluons avec émotion sa mémoire ».

La France pleure, les citoyens Congolais également. Hier, mercredi le 19 avril 2017 à Bukavu, ils étaient nombreux à envahir le lieu pour rendre un dernier hommage au défunt. Des médecins, des défenseurs des droits humains et autres compatriotes ont, dans leur mouvement, brandi des pancartes. Sur celles-ci, on pouvait lire : « sécurité pour les médecins » ; « Stop à l’impunité ».

Les résultats de l’enquête ouverte très attendus

Gildo Byamungu était gynécologue obstétricien. Il avait été victime d’une tentative d’assassinat en 2012 dans des circonstances très similaires à celles de son collègue Dr Denis Mukwege. D’ailleurs, comme ce dernier, Gildo Byamungu vivait sous protection policière. Une escorte qui venait tout juste de lui être retirée. Pourtant, selon des proches, il avait déjà reçu des menaces de mort et l’hôpital d’Uvira dans lesquels tous travaillaient a déjà eu à être attaqué cette année.

Au moment des faits, Gildo Byamungu, dit-on, se trouvait chez lui dans sa parcelle lorsque des hommes armés ont escaladé le mur et ouvert le feu, à trois reprises, avant de prendre la fuite avec quelques objets de valeur. Pour l’heure, les populations attendent que les enquêtes aboutissent comme l’a indiqué le Vice-gouverneur du Sud Kivu.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

PARTAGER
  • Que justice soit faite.

  • J’espère qu’il ne s’agit pas de ce gynécologue qui réparait les femmes victimes des déchirures après des viols ????