Etats-Unis : Quand Monica Lewinsky se rappelle au bon souvenir des Clinton – 13/05/2014

Il fallait s’y attendre. Seize ans après le scandale qui a vu le président des Etats-Unis Bill Clinton faire l’objet d’une procédure en destitution, Monica Lewinsky, la stagiaire à la robe bleue, a réapparu pour une confession dans Vanity Fair, alors que la candidature de Hillary Clinton pour la succession de Barack Obama en 2016 est de plus en plus probable.

Le retour de Monica a été accueilli avec une lassitude doublé d’effroi, à l’idée d’un nouveau déballage des frasques de l’ancien président. L’affaire date de 1998 et « la vie érotique » des protagonistes « a perdu en intérêt pour le reste du pays », souligne Maureen Dowd dans le New York Times. Bill aujourd’hui est largement végétarien et Hillary se rengorge de son statut de future grand-mère, son unique fille Chelsea étant enfin enceinte.

Monica n’a pas changé. A 40 ans, elle a toujours l’allure généreuse qui avait séduit Bill Clinton alors que –la faute aux républicains!- elle était venue présenter des pizza dans la West Wing de la Maison Blanche, un jour de « shutdown » du gouvernement. Elle confie qu’elle ne s’est jamais remise de la publicité qui a entouré le détail de ses fellations dans l’étude contigüe au Bureau Ovale. Et essaie de se poser en avocate des victimes de la voracité des medias. Ce qui ne l’empêche pas de poser pour l’article dans une robe crème décolletée, pieds nus, étendue sur un canapé de velours rouge.

L’ex-stagiaire californienne n’a jamais trouvé de véritable emploi bien qu’elle ait obtenu un master de psychologie sociale à la Londons school of Economics. Elle affirme s’être longtemps tue mais que le temps est maintenant venu pour elle de « revendiquer son passé ». En fait, ce n’est pas la première fois qu’elle se confie: elle avait déjà donné une interview à Barbara Walters en 1999, suivie par 74 millions de téléspectateurs, et contribué à la biographie publiée la même année par Andrew Morton.

Dans son récit de 4000 mots, Monica insiste sur le fait qu’elle « regrette profondément » ce qui s’est passé. « Il est clair que mon patron a profité de moi, écrit-elle. Mais je serai toujours ferme sur un point: c’était une relation consensuelle ». S’il y a eu abus, ça a été après, « quand on s’est servi de moi comme bouc émissaire pour protéger son pouvoir », dit-elle.

A qui profite le retour de Monica? Deux lectures ont été avancées par les politologues. L’une, négative pour Hillary Clinton: l’affaire rappelle le climat toxique qui entoure son couple, quoi qu’il fasse et les républicains ne peuvent que se frotter les mains. L’autre prétend que la sortie de Monica est calculée et permet à la campagne d’Hillary Clinton (qui n’est pas candidate) de déblayer le terrain pour le moment où elle le sera vraiment…

Coïncidence, l’ex-secrétaire d’Etat a publié -dans Vogue- un chapitre de son livre, Hard Choices (« Choix difficiles ») attendu en librairie le 10 juin. A l’occasion de la fête des mères, le 11 mai, Mme Clinton y livre les leçons de la sienne, Dorothy, décédée en 2011 à l’âge de 92 ans: « Ne te repose jamais sur tes lauriers. Ne renonce jamais ». La non-campagne ne fait que commencer.

Source : Blog.Le Monde.fr

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Etats-Unis : Quand Monica Lewinsky se rappelle au bon souvenir des Clinton – 13/05/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Melanie Eyok-Mbog Nyobe

Oust !

wpDiscuz