Etats-Unis : maman blanche d’une métisse, elle poursuit la banque de sperme – 03/10/2014

Jennifer Cramblett et sa fille Payton. Photo NBC NEWS
Jennifer Cramblett et sa fille Payton. Photo NBC NEWS

Elles aiment leur fille «sans condition». Mais Jennifer Cramblett et sa compagne ont porté leur histoire devant la justice américaine, pour éviter qu’elle «se répète», a-t-elle expliqué jeudi à CNN.

La semaine dernière, cette mère d’une petite Payton a porté plainte contre la banque de sperme qui l’a inséminée par erreur avec le sperme d’un Afro-Américain, alors qu’elle et sa compagne, blanches de peau, désiraient un enfant qui leur ressemble.

C’est en avril 2012 que Jennifer Cramblett, habitante d’Uniontown, dans l’Ohio (Etats-Unis), apprend fortuitement la méprise, en appelant la banque de sperme. A cinq mois de grossesse, elle souhaite alors commander des flacons pour avoir un autre enfant avec le même sperme, celui du donneur 380, raconte le «Chicago Tribune».

Mais au bout du fil, l’employé de la Midwest Sperm Bank n’est pas rassurante : il apparaît que ce sont des flacons du donneur 330 qui ont été envoyés au couple lesbien. «Il m’ont questionnée pour savoir si j’avais demandé un donneur afro-américain. A ce moment, j’ai dit non, 380 est blond, a les yeux bleus et ressemble à ma compagne, Amanda. Ils ont dit nous pensons que 330 est un donneur afro-américain», relate Jennifer Cramblett. La future mère vit alors un «choc».

Angoissée pour son avenir

«Le 21 août 2012, Jennifer a donné naissance à Payton, une belle petite fille, évidemment métisse», explique la plainte. «Jennifer s’est rapidement attachée à Payton et Amanda l’aime énormément. Même si, Jennifer vit chaque jour avec les peurs, les angoisses et les incertitudes quant à son avenir et l’avenir de Payton», poursuit le texte.

Car le couple craint l’intolérance : Uniontown est une petite bourgade rurale peuplée à 98 % par des Blancs, selon le dernier recensement. Les stéréotypes envers les non-Blancs y sont nombreux, estime la plainte. «Nous voulons que (notre enfant) grandisse dans une communauté dans laquelle elle se sentirait acceptée, qu’elle sente qu’il est normal d’être ce qu’elle est», explique Jennifer Cramblett. Le couple songe à déménager.

Informée des poursuites, la banque de sperme ne répond pas à la presse. «Ce pourquoi nous faisons ce que nous faisons a pour but que quelqu’un soit tenu responsable. Cela n’arrivera à personne d’autre», espère Jennifer Cramblett, qui pense que l’avenir de sa fille est en jeu dans cette procédure. «Elle va savoir ce qu’elle est et d’où elle vient et comment tout cela est arrivé. Elle va savoir que nous l’aimons inconditionnellement. Tout le monde autour d’elle l’aime. Donc, je pense qu’elle va savoir pourquoi nous avons fait ce que nous avons fait.»

Source : Le Parisien.fr

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Etats-Unis : maman blanche d’une métisse, elle poursuit la banque de sperme – 03/10/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Johnny Test

En quoi le fait d’avoir un enfant métis fait vivre “(…)chaque jour avec les peurs, les angoisses et les incertitudes quant à son avenir(…)”? Est-ce à dire qu’aux USA un enfant de couleur a moin de chance de s’intégrer dans la société et réussir dans la vie qu’un enfant blanc?…

Valery Blaszkiewicz Awoudou

Erreur humaine, cependant c’est un cadeau cet enfant. Basta la race

wpDiscuz