Etats Unis – Emeutes à Baltimore : Il danse sur du Michael Jackson devant la police – 28/04/2015

C’est bien la dernière chose qu’on aurait pensé voir ce lundi soir dans les rues de Baltimore. Alors que des émeutes y faisaient rage après les obsèques de Freddy Gray, un jeune homme noir décédé après son arrestation par la police, une scène pour le moins surréaliste s’est produite. Sous les yeux ébahis des passants, un fan de Michael Jackson s’est mis à danser.

Vêtu d’un blouson de cuir et juché sur le toit d’un camion pour un premier tour de chauffe, l’homme s’est déhanché sur They don’t care about us, puis sur Beat it, l’un des plus gros tubes du roi de la pop. Imperturbable, l’apprenti danseur donne tout. Bras en croix, petit jeté de veste en arrière, attitude, tout y est.

A la nuit tombée, c’est sur la terre ferme que le «Michael Jackson de Baltimore», c’est son surnom, a poursuivi son show, reprenant la chorégraphie de Beat it, devant une foule massée sur les trottoirs de Baltimore autour de lui et sous le nez des forces de police, déployées en masse après une première nuit d’émeutes. Des performances immortalisées par les passants et partagées sur les réseaux sociaux.

«Casse-toi!»

A première vue, il ne s’agit que de scènes cocasses, de moments surréalistes se déroulant dans un cadre franchement décalé. Ou encore d’un apprenti danseur qui cherche à faire le buzz et qui savoure quelques instants fugaces de gloire. Pourtant, à y prêter plus attentivement l’oreille, ou son traducteur pour ceux qui ne connaîtraient pas les paroles de ces deux chansons, la performance relève de la revendication.

D’abord avec They don’t care about us, que l’on peut traduire par «ils n’en ont rien faire de nous», et alors que ces derniers mois aux Etats-Unis, plusieurs jeunes Noirs sont décédés au cours de bavures policières. Avec Beat it ensuite, message adressé aux forces de l’ordre présentes en nombre et qui se traduit par «Casse toi!»

Mais le showman n’a pas pu danser jusqu’au bout de la nuit et a dû regagner son domicile en milieu de soirée à cause du couvre-feu.

Source : © 20minutes.fr