Etats-Unis – Election Présidentielle : Pourquoi Donald Trump va perdre

Pourquoi Donald Trump va perdre l'élection présidentielle américaine | © Reuters/Dominik Reuter
Pourquoi Donald Trump va perdre l’élection présidentielle américaine | © Reuters/Dominik Reuter

A moins d’un mois de la tenue du scrutin, le candidat républicain perd du terrain. Il tient à aller jusqu’au bout. 

Spectaculaire, ubuesque lors de la campagne à l’investiture, les victoires sur ses adversaires républicains prédisaient une dernière ligne resplendissante. Au fil du temps, le candidat du parti républicain, Donald Trump n’a jusqu’ici pas été en pool position dans les sondages. A la traine, le milliard américain ne cesse soit de surprendre, soit de perdre des plumes. En l’espace de deux jours, il est de plus en plus isolé.

Lâché par les siens

C’est allé trop vite. Après le deuxième débat télévisé entre la candidate du parti démocrate, Hillary Clinton, dimanche dernier, le maniaque de l’immobilier a vu la liste de ses soutiens fondre comme du beurre au soleil. Ce sont d’abord, pas moins de douze fidèles à sa cause, tous des membres du parlement dont, John Mc Cain, une figure et non des moindres du parti. Ce mardi matin, l’on apprend que l’autre soutien du candidat Trump à quitter le navire sans crier gare. Paul Ryan, un président républicain de la chambre des représentants. Il ajoute qu’il entend sauver les meubles à la chambre des représentants, visiblement en minorité.

A l’origine de ces défections en cascades dans le camp des républicains, les scandales de leur champion en lice pour la Maison Blanche. La dernière en date étant, cette vidéo de 2005, où Trump évoque sa façon de séduire les femmes « quand on est une star, elle nous laisse faire…On peut faire tout ce qu’on veut…». Des propos qui ont terni l’image déjà écornée pour celui qui veut diriger le pays le plus puissant du monde. Effet, boule de neige.

Trump, et l’islamophobie

En mai dernier, Donald Trump, le récidiviste, avait annoncé son amitié avec l’actuel maire de Londres, d’obédience musulmane, Sadiq Khan, malgré son obédience musulmane. Des allégations qui avaient ému le monde entier et surtout le concerné qui a décliné ce type d’amitié en réaction.

En décembre dernier, alors qu’il postule à l’investiture républicaine, Donald Trump, a annoncé son intention d’interdire temporairement aux musulmans l’entrée sur le territoire américain, après les attentats de Paris « Nous devons déterminer d’où vient cette haine et pourquoi elle existe ».

Le 02 décembre 2015, après la fusillade de San Bernardino, le candidat Trump, déclarait, dans un communiqué, qu’il faut « l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux Etats ».

Trump, le candidat filou

Il ya quelques semaines, le journal américain, New York Time, titrait que le candidat républicain pourrait avoir évité de manière légale de payer d’impôt pendant plusieurs années, en déclarant des pertes de 916 millions de dollars.

Trump, le candidat bavard

C’est une règle de base. Quand on est un personnage public de la carrure de Donald, il ya des choses sur lesquelles, on peut se taire. Durant le dernier débat entre les deux candidats, le candidat républicain a déclaré que s’il est élu, son adversaire en raison des mails compromettant dont elle porte la responsabilité alors qu’elle était secrétaire d’Etat, il l’enverrait en prison. On lui rétorquerait, et si ce n’est pas le cas ? Penses-tu être en liberté, si Hillary Clinton gagne les élections ? Sauf l’avenir nous dira quand on sait, quelle est souvent la teneur de la chasse aux sorcières après les élections.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER

  • Mia De Nyigba

    Il est vraiment surprenant d’entendre de la part d’un africain, un vrai africain qui a subi des tors considérables de la part de dame Clinton et son compère Obama notamment en Lybie, en Côte d’Ivoire et aussi ailleurs en Afrique des propos orduriers de ce genre ou de s’en prendre à Trump qui veut en finir avec la politique d’agression ou de l’Etat gendarme dont Clinton est la championne.
    On se tait par malhonnêteté intellectuelle sur les égarements de Clinton et on se borne à s’en prendre honteusement à celui qui veut mettre fin à la guéguerre entre l’Est (La Russe) et l’Ouest (Etats-Unis, Union Européenne) pour la paix dans le monde.
    Pourvue que ton rêve devienne une réalité le 8 novembre. L’avenir nous le dira.