Enseignement supérieur: 140 faux diplômes étrangers déjà détectés

C’est le résultat auquel a abouti la Commission d’évaluation des formations dispensés à l’étranger qui tient ses travaux depuis le 21 août dernier à Yaoundé.

faux_diplomes

Ce n’est qu’un bilan à mi-parcours, mais déjà il fait frémir : près de 140 faux diplômes étrangers ont déjà été recensés par la Commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger qui tient ses travaux depuis le 21 août dernier dans la capitale camerounaise.

Dans le cadre de sa 69e session ordinaire, Cette Commission examine 1047 diplômes venus de 27 pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. Cette instance chargée des équivalences des diplômes, titres et grades revient du Tchad où elle est allée vérifier l’authenticité des diplômes obtenus dans ce pays. Marthe Djébakal, sous-directeur des équivalences au ministère de l’Enseignement supérieur relève qu’après une vérification minutieuse de tous les documents, la majeure partie des diplômes soumis à l’examen de la Commission provient du Tchad. Environ 900 parchemins recensés jusqu’ici.

C’est la deuxième session que la Commission tient depuis le début de cette année 2013. Le professeur Wilfried Gabsa, directeur des activités académiques au ministère de l’Enseignement supérieur et coordonnateur technique de la Commission souligne que « l’optimisation de la fréquence des sessions vise un traitement plus rapide des dossiers pour l’aboutissement de leur étude dans les délais ». C’est ce qui explique d’ailleurs la tenue d’une autre session au mois d’octobre prochain.

En fin de compte, les titulaires des diplômes ainsi examinés pourront, si leurs parchemins ne sont pas faux, postuler à un emploi ou se présenter à un concours. Tout comme ils pourront accéder à un programme de formation sur place.

Horace Ngamo Manga, secrétaire général du Minesup qui préside les travaux, après avoir rappelé les enjeux de la session en cours, a demandé aux membres de la Commission de faire preuve d’objectivité et de transparence dans le traitement des dossiers.

La session arrive à son terme ce 23 août avec la publication de la liste définitive des faux diplômes.

Achille Nayé