Energies renouvelables : le Cameroun s’instruit à l’école malgache – 19/05/2015

Basile Atangana Kouna, le ministre camerounais de l’Energie et de l’Eau | DR
Basile Atangana Kouna, le ministre camerounais de l’Energie et de l’Eau | DR

Selon le directeur des études de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) au Cameroun, Issiaka Fonfatawouo, après le premier Salon consacré aux investissements dans le secteur de l’électricité (Invest’Elect) organisé à Yaoundé en mars 2015, «un voyage d’étude est en ce moment en cours à Madagascar, pour permettre aux participants de vivre en direct la riche expérience de ce pays-frère» dans le domaine des énergies renouvelables.

Pour rappel, au cours du Salon Invest’Elect, a-t-on appris officiellement, 13 protocoles d’accords sur les projets d’énergies renouvelables à implémenter au Cameroun ont été signés. A Madagascar, les opérateurs camerounais s’imprègneront davantage d’une expérience de collaboration entre un opérateur public et une dizaine d’opérateurs privés exploitants de mi-centrales hydro-électriques.

Un partenariat public-privé visiblement efficace, puisqu’il a permis à «la part des opérateurs privés dans la production d’énergie électrique d’augmenté progressivement de l’ordre de 4 % de la production totale avec 34 801 MWH en 2001, pour atteindre 288 586 MWH, soit 22 % de la production totale en 2011», révèle un rapport diagnostic du ministère malgache de l’Energie.

C’est cette expérience de promotion des investissements privés dans le secteur de l’électricité que le gouvernement camerounais compte dupliquer, grâce à sa panoplie de projets qui visent «l’implantation de mini-centrales solaires dans 166 localités à moyen terme et 1000 localités à terme», a indiqué Basile Atangana Kouna, le ministre camerounais de l’Energie et de l’Eau. C’était au cours du conseil de cabinet du 30 avril 2015.

Source: © Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz